Les Oiseaux sans tête, Hedwige Jeanmart

Ce roman propose le portrait d'un criminel, renonçant à expliquer ses crimes pour mieux expliquer son parcours et sa chute. Itinéraire d'un type qui n'a jamais eu de chance...


Daniel Deur ne sait pas ce que c'est l'affection. Ce n'est qu'un mot comme un autre, vide de sens pour lui, puisque sa mère, trop pressée de vivre une énième histoire d'amour, a préféré le laisser dans un foyer. A partir de là, il va cumuler les familles d'accueil où jamais il ne va se sentir à sa place. Il est toujours de trop, au point qu'un jour, il décide enfin de dire NON.
"Non aux oiseaux sans tête, non aux arbres sans feuilles, non aux enfants qui n'étaient pas lui, ou à lui qui n'en était pas un".
Ce refus est le début d'une adolescence chaotique. Privé de repères, il vit au jour le jour, et se lie d'amitié avec Freddy, "le monstre" du coin, un gamin de son âge brûlé au visage. Auprès de lui, Daniel est un caïd, il fait le dur, rien ne l'arrête, et tant pis s'il n'a plus l'argent pour faire la fête. Il suffit de se servir en cambriolant la maison de l'entrepreneur local, sauf qu'il tombe nez à nez avec son épouse...

Douze ans de réclusion.

Quand Daniel sort, il a presque trente ans. on lui a promis du travail en Russie et il espère que cette opportunité sera le point de départ d'une nouvelle vie. A défaut de Russie, on lui propose d'être l'homme à tout faire de l'entreprise d'insertion. C'est là qu'il rencontre Blanche sur qui il va avoir beaucoup d'effet au point que des années plus tard, elle pensera encore à lui. Blanche n'est pas amoureuse, seulement Daniel la gêne, la dérange car elle lui trouve un je ne sais quoi de malsain.
"Daniel n'avait encore rien dit ni rien fait de particulier, c'est juste que sa présence était bizarre, déplacée. Et ça non plus elle ne pourrait pas se l'expliquer".
Pas facile pour lui de se reconstruire une vie stable après des années de détention et la difficulté de se lier avec ses semblables ! Il va certes goûter à la vie de couple avec Katia, la copine de son ex-logeuse, mais très vite son tempérament solitaire prendra le dessus...

Et cette colère en lui renforcée par ce sentiment qu'on se moque de lui et qu'il ne sert à rien...

C'est à l'occasion de son second procès que Daniel va enfin se rendre compte de sa véritable personnalité. Et si le mobile de son crime était autre chose que l'argent ?

Les Oiseaux sans tête est le nom d'un plat que servait la maman dans une de ses nombreuses familles d'accueil. C'est au sein de cette famille qu'il a dit NON pour la première fois et que les choses ont dérapé pour lui. Daniel Deur est l'archétype même du gosse qui n'a jamais eu de chance et qui, arrivé à l'âge adulte, est devenu un criminel "par défaut". L'auteur ne tente pas de l'excuser, mais s'éloigne volontairement de ses crimes pour mieux expliquer les causes originelles du comportement du criminel. Elle raconte une vie insignifiante, sans repères. Une vie gâchée.

Ed. Gallimard, février 2018, 320 pages, 21€

Posts les plus consultés de ce blog

Simple, Julie Estève

Tenir jusqu'à l'aube, Carole Fives

La Neuvième heure, Alice McDermott