Articles

Farallon Islands, Abby Geni

Image
Ed. Actes Sud, juin 2017, traduit de l'anglais (Irlande) par Céline Leroy, 384 pages, 22.80 €
Titre original : The Lightkeepers


A cinquante kilomètres des plages de San Francisco se trouvent les Farallon Islands, cailloux inhospitaliers et protégés, occupés par quelques scientifiques chevronnés obsédés par les animaux qu'ils étudient sur place.
Et puis il y Miranda venue un peu par hasard, après avoir parcouru le monde avec ses appareils photos. Photographe professionnelle, elle vit de la vente de ses photos nature. Sa devise : pas d'attache ni d'ancrage. Depuis la mort brutale de sa mère, elle a perdu les repères qui auraient fait d'elle une citoyenne sédentaire et mère de famille. Elle parcourt le monde, et envoie des cartes postales à son père. Solitaire de nature, elle se confie et s'épanche en écrivant des lettres  à sa mère défunte. Le roman commence avec son départ de l'île, puis remonte le temps pour expliquer les causes de sa fuite.
"Mais ici, r…

Les Complicités involontaires, Nathalie Bauer

Image
Ed. Philippe Rey, août 2017, 287 pages, 20 €

Quand Corinne, psychiatre, reçoit Zoé, elle la reconnaît tout de suite : c'était son ancienne amie de lycée un peu mystérieuse et un peu fofolle aussi. Zoé consulte pour troubles de la mémoire et ne reconnaît pas le médecin. Alors, enfreignant sciemment les règles de la profession, Corinne décide quand même de devenir sa thérapeute.
Au gré des séances de thérapie et des enveloppes laissées au médecin, le roman est construit comme un puzzle, faisant des allers-retours réguliers entre le présent et la relation entre Corinne et sa patiente, et le passé, avec l'histoire dans l'Histoire de la famille juive de Zoé.
C'est justement parce qu'elle veut reconstituer l'histoire de sa famille paternelle que Zoé consulte. De nature fragile et mélancolique, elle n'en est pas à sa première thérapie, mais espère avec celle-ci déverrouiller ses souvenirs enfouis. En effet, Zoé est persuadée de souffrir d'amnésie et ce trouble …

Miss Wyoming, Douglas Coupland

Image
Ed. Au Diable Vauvert, Traduit de l'anglais (Canada) par Walter Gripp, août 2017, 415 pages, 20 €
Titre original : Miss Wyoming


Miss Wyoming est une parodie sociale avec un grand P qui égratigne à la fois le paraître hollywoodien, les relations superficielles entre les personnes, la société de consommation et le rapport malsain qu'on peut entretenir avec l'argent ou la célébrité. Tout cela à travers deux personnages miroirs qui se cherchent.
Depuis l'arrêt de la série télévisée où elle incarnait la fille de bonne famille, la carrière de Susan Colgate stagne. De toute façon, jouer la comédie est au-dessus de ses possibilités, - elle-même en est consciente - car depuis l'enfance, sa vie est une vaste mise en scène. Sa mère, à défaut de trouver un emploi stable et rémunérateur, l'a traînée de concours en concours de mini-Miss afin de pouvoir un jour décrocher le jackpot. De ces années là, elles en  ont gardé une relation conflictuelle faite de reproches et d'am…

Les Jouisseurs, Sigolène Vinson

Image
Ed. de L'observatoire, août 2017, 192 pages, 17 euros.


Les Jouisseurs de Sigolène Vinson recherchent désespérément la légèreté et la joie de vivre. Mais pour y accéder, le chemin qu'ils ont choisi est parsemé d'embûches.
Quand on est écrivain et que tout le monde attend votre nouveau livre, quoi de plus terrible que le syndrome de la page blanche. Olivier a tout essayé, même les psychotropes vendus par Eleonore sa compagne visiteuse médicale. Rien n'y fait, l'inspiration n'est pas au rendez-vous. Alors, un soir de détresse, il croit trouver la solution en volant un vieil automate, L'Ecrivain, exposé dans un musée, persuadé que cette machine en bois pourra écrire à sa place et le sauver. "Il est certain d'avoir la matière, l'histoire d'un voyageur immobile qui trouve des réponses philosophiques à des questions qui ne le sont pas (...) Avec l'Ecrivain, il croit tenir la solution à son inertie : automatiser l'écriture, choisir les lettre…

Polaris, Fernando Clemot

Image
Ed. Actes Sud, septembre 2017, traduit de l'espagnol par Claude Bleton, 240 pages, 21.50 euros.


Mais que s'est-il passé sur l'Eridanus, vieux navire ancré au large d'une île désertique de Norvège ? L'équipage semble avoir été pris d'un coup de folie et des événements inquiétants se sont déroulés à bord."Tel est l'Eradinus : un cadavre flottant en décomposition, oublié de Dieu et de la loi des hommes". Construit sur le mode d'un interrogatoire, le lecteur embarque à la fois sur un navire fantôme affrété par une entreprise fantôme que tous appelle La Centrale, et dans les souvenirs des hommes d'équipage soumis à une mystérieuse expérience. Le médecin de bord, le Dr Christian est en colère : l'ordre de mission qu'il a reçu de La Centrale est un ordre qui lui semble à l'encontre de ce pourquoi il a embarqué. Il doit, chaque nuit, réveiller un membre d'équipage et l'interroger sur le rêve qu'il était en train de faire. &qu…

Nitro Mountain, Lee Clay Johnson

Image
Ed. Fayard, août 2017, traduit de l'anglais (USA) par Nicolas Richard, 300 pages, 20.90 €



Le regard est toujours attiré vers la lumière rouge qui brille au sommet de Nitro Mountain, la montagne dont l'ombre s'étend dans ce trou paumé de laissés pour compte...
"La montagne ne s'était pas toujours appelé Nitro. J'avais entendu des anciens l'appeler Paran. Mais c'était avant que les mineurs l'évident et créent des poches d'air qui rendaient le sol impraticable, sans parler de tous les explosifs qui avaient été laissés dans ces tunnels. Le comté en avait désormais condamné l'accès".
Leon, Jennifer, et Jones, ont un point commun : ils vivent au jour le jour, bradant leur jeunesse dans l'alcool et la dope. Ils vivent de petits boulots, de concerts minables de country, ou aux crochets de quelqu'un. Depuis que Jennifer l'a quitté sans raison valable, Leon traîne sa carcasse de concert en concert, dans le groupe de Jones, jouant de l…

Les Peaux rouges, Emmanuel Brault

Image
Ed. Grasset, août 2017, 198 pages, 17.5€


Comment mieux dénoncer le racisme et les racistes ? En se mettant dans la peau d'un raciste ordinaire évoluant dans une société qui va tenter de le rééduquer.
Amédée Gourd parle mal, pense mal et agit mal. A première vue il n'a aucune qualité à part celui peut-être de vouer un amour indélébile pour sa grand-mère avec qui il vit et qui l'a éduqué. Quoique éduqué est un bien grand mot, car Amédée a des principes bien personnels parmi lesquels le rejet pur et simple de toute personne n'ayant pas de près ou de loin la peau blanche.
"Il sont rouges de pied en pape, le maillot intégral, pas un pète de blanc, une peau rouge vif qui peut s'adoucir avec l'âge, elle prend un aspect terre battue pas très propre, qui peut s'adoucir avec l'âge. Toute la journée, j'arrête pas d'en croiser, faudrait être aveugle pour pas les voir. Ça me fait bien marrer quand on parle d'ignorance. Je connais qu'eux, parfois i…