Articles

NOUVELLE CHRONIQUE

Le Monstre des Hawkline, Richard Brautigan

Image
Après une étrange mission avortée à Hawaï, les tueurs professionnels et amis Greer et Cameron sont engagés pour se débarrasser d'un monstre aux multiples facettes. 
Greer et Cameron vivent au jour le jour et parcourt le pays de part en part en fonction des contrats. Ce sont des tueurs professionnels, ils ont appris à ne pas juger ceux qui les emploient et à ne pas éprouver de l'empathie pour leur futures victimes, sauf qu'à Hawaï les deux comparses se révèlent incapables de tuer un homme en train de donner une leçon d'équitation à son petit garçon.
"Greer et Cameron étaient visiblement des hommes capables  de se sortir de n'importe quelle situation avec le maximum d'effet pour le minimum d'effort. Ils n'avaient l'air ni dur ni méchant. Ils ressemblaient plutôt à un produit de la distillation de ces deux qualités".
De retour sur le continent, ils font de cette expérience un échec qu'il ne faut pas renouveler. Alors que Cameron calme ses …

Le Monde infernal de Branwell Brontë, Daphné du Maurier

Image
Dans la famille Brontë, je voudrais le frère ! Pas de chance, mauvais choix. Et Daphné du Maurier, s'appuyant sur une somme de documents et sur les écrits du jeune homme, raconte comment ce garçon pourtant promis à un bel avenir littéraire a tout gâché.
Seul garçon au milieu de cinq filles, il a subi la perte de sa mère puis de deux de ses soeurs. C'est sa tante qui lui a prodigué l'amour maternel pendant que son père, pasteur, lui a transmis les connaissances. Car Branwell n'est jamais allé à l'école. Il a grandi au presbytère où très jeune, entouré de de Charlotte,d'Emily  et d'Ann, il s'est mis à écrire une chronique épique, l'Angriane, dans laquelle il raconte les tribulations de son héros volage et tourmenté d'Alexander Percy. Cette oeuvre monumentale s'inspire directement des personnes qu'il croise, de sa famille ou des événements locaux.

Jusqu'à sa majorité, Branwell a vécu protégé par ses sœurs  qui revenaient à tour de rôle …

Idaho, Emily Ruskovich

Image
En un instant, la vie de Wade a basculé quand sa première épouse Jenny a commis l'irréparable. Depuis il a refait sa vie avec Ann. Alors que son esprit part en miettes, la douleur de la perte reste, et Ann devient peu à peu la garante de l'histoire familiale. Wade avait deux filles : May et June. Alors que May est morte, June a disparu. Cela fait dix ans qu'elle grandit à travers les images par ordinateur des affiches "Missing" ou de l'imagination artistique d'un peintre pour la rendre plus réelle.
"Sur le mur de Tom Clarcke la vie de June va se prolonger ; elle va se poursuivre au travers d’hypothèses sans fin, tableau après tableau représentant des années de vie potentielle.".
Depuis 1995, Wade n'a pas renoncé à retrouver June. Il n'a pas non plus pardonné à sa première épouse Jenny qui croupit en prison. Il a refait sa vie avec Ann, sa professeur de piano. Elle l'aime d'un amour absolu, absorbant sa souffrance mais aussi, depui…

La Toile du paradis, Harada Maha

Image
Deux experts sont réunis à Bâle pour décider si oui ou non un tableau d'Henri Rousseau dit le "Douanier Rousseau" est un vrai, plongeant ainsi le lecteur néophyte dans une enquête puzzle au sein du monde de l'art et ce jusqu'au dénouement inattendu.
Orie a eu une enfance privilégiée au sein d'une famille cultivée et discrète. En l'an 2000, cela fait longtemps qu'elle n'a pas rouvert la boîte de Pandore du monde de l'Art, se contentant d'un emploi comme surveillante de musée, lui laissant ainsi le temps de contempler des chefs-d'oeuvre de la peinture. Parce que le musée de Tokyo prépare une rétrospective sur la peinture d' Henri Rousseau, que son nom est recommandé par le conservateur du MoMa de New-York, Tim Brown qu'elle va renouer avec sa passion. Car avant de se retirer, Orie était une historienne de l'art, experte du peintre français.

Retour en 1983 ; Tim Burton, alors assistant du conservateur du MoMa reçoit un étrange…

La Noyade pour les débutants, Ruth Hogan

Image
Cela fait douze ans que Gabriel n'est plus et  sa mère Masha ne s'est toujours pas autorisée à (re)vivre et à (re)aimer. Il faut pourtant bien recommencer pour ne pas se noyer.
Gabriel n'avait pas deux ans lorsqu'il a disparu. Masha n'a jamais récupéré son corps. On pense qu'il s'est noyé à côté de l'étang où elle a perdu connaissance. Pas de tombe pour faire son deuil, pour se recueillir, pour avoir un point de chute. Alors, depuis, chaque matin, Masha se rend à la piscine de son quartier pour essayer de se noyer, mais le corps se défend et le cerveau se ravise au dernier moment. Peut-être qu'un jour l'ensemble lâchera prise et elle sombrera au fond comme son enfant.
"Mon chagrin est devenu une véritable addiction, une mauvaise habitude comparable à un doudou loqueteux auquel je me serais raccrochée trop longtemps. Il faut que ça s'arrête". Douze ans après le drame, le temps n'a pas patiné son chagrin. En psychothérapeute de pr…

REGARDS CROISES (32) Assez de bleu dans le ciel, Maggie O'Farrell

Image
Regards croisésUn livre, deux lectures. En collaboration avec Christine Bini 
Il a suffi que Daniel entende à la radio la voix de son premier amour disparu pour qu'il ait enfin le courage de revenir sur son passé et affronter ses démons.
"Je songe que ma vie n'a été jusque'ici qu'une longue série de fuites en avant, de moments d'arrêt, caché, comme les mailles tombées d'un tricot. Selon toute vraisemblance, je suis un mari, un père, un citoyen, un enseignant, mais à la lumière je suis un déserteur, un imposteur, un voleur, un tueur. Je possède une certaine apparence en surface, mais suis sillonné de trous et de galeries en dedans, comme une falaise de calcaire". Quand Daniel ose enfin regarder dans le rétroviseur de sa vie, il n'y voit que de la culpabilité. Il n'aime pas ce qu'il a été, les choix qu'il a pu prendre par le passé, et par dessus-tout, son incapacité à affronter les conséquences de ses actes. Daniel ne s'aime pas ou plu…

Solaire, Fanny Chartres

Image
Sara et son frère Ernest sont comme les deux doigts de la main , en même temps ils n'ont pas le choix s'ils ne veulent pas sombrer  comme leur mère dépressive. Or, le mal être s'exprime toujours d'une façon ou d'une autre, alors Ernest va tout mettre en oeuvre pour aider sa grande sœur.
Dans la famille Chatterton, rien ne va plus. Avec un nom de famille pareil, on pourrait croire à une famille soudée comme le scotch, mais force est de constater qu'on est plutôt dans l'ambiance du drame éponyme d'Alfred de Vigny. Depuis le départ du père, la maman a sombré dans la dépression et la paranoïa. Les enfants sont restés avec elle, mais avec le temps, ils sont devenus "les parents" de leur mère. Ils font les courses, les devoirs,  gèrent la maison, les médicaments et surtout les crises d'angoisse ou d'hystérie. Il n'y a plus beaucoup de places pour leur vie d'enfants.

Sara est au lycée, Ernest en primaire. Le surnom de Sara c'est O…