Articles

NOUVELLE CHRONIQUE

Solaire, Fanny Chartres

Image
Sara et son frère Ernest sont comme les deux doigts de la main , en même temps ils n'ont pas le choix s'ils ne veulent pas sombrer  comme leur mère dépressive. Or, le mal être s'exprime toujours d'une façon ou d'une autre, alors Ernest va tout mettre en oeuvre pour aider sa grande sœur.
Dans la famille Chatterton, rien ne va plus. Avec un nom de famille pareil, on pourrait croire à une famille soudée comme le scotch, mais force est de constater qu'on est plutôt dans l'ambiance du drame éponyme d'Alfred de Vigny. Depuis le départ du père, la maman a sombré dans la dépression et la paranoïa. Les enfants sont restés avec elle, mais avec le temps, ils sont devenus "les parents" de leur mère. Ils font les courses, les devoirs,  gèrent la maison, les médicaments et surtout les crises d'angoisse ou d'hystérie. Il n'y a plus beaucoup de places pour leur vie d'enfants.

Sara est au lycée, Ernest en primaire. Le surnom de Sara c'est O…

Roman noir, Agnès Michaux

Image
Quand Alice Weiss atterrit sur l'île de Pondara, elle ne sait pas que sa vie va prendre un autre tournant, devenant enfin l'écrivain qu'elle aurait tant voulu devenir.
Alice a connu le succès littéraire mais cela remonte déjà à quelques années. Depuis, la page blanche ne la quitte plus et pour changer d'air, elle décide de se rendre sur l'île de Pondara, une île de la Fédération, lieu dont elle garde des souvenirs émus en famille.

Dès son arrivée à l'aéroport, elle décide d'aller de l'avant, de  se réinventer, de n'être plus ce qu'elle est devenue et qu'elle déteste tant.
"C'est ce qu'elle veut. Que la femme meure. Elle veut renaître. Réinventer sa vie. C'est pour cela qu'elle part". Alors pourquoi ne pas se prendre pour l'écrivain Célia Black le temps d'une course en taxi ? Le chauffeur attend cette romancière renommée dans le hall mais apparemment elle n'a pas l'air d'être présente au rendez-vou…

Une Ombre au tableau, Myriam Chirousse

Image
Myriam Chirousse signe un roman d'ambiance qui distille l'angoisse au fil des pages, le tout sur fond de carte postale.
Si vous recherchez un roman d'aventures, passez votre chemin ; Une Ombre au tableau est un roman davantage centré sur les sentiments, les émotions et les impressions que sur les péripéties qui se succèdent à vitesse grand V.
Tout commence par l'achat d'une villa dans une résidence privée dans le sud de la France. Le Clos des Collines a cette chance de posséder une magnifique piscine pour ses résidents. Cette piscine c'est ce qui a décidé Fred Delgado, employé de banque avide de reconnaissance professionnel. Fils de commerçant, il veut montrer au monde entier qu'on peut réussir même si ses parents ont fait faillite. Pour Fred, cette villa sera le miroir de sa réussite, et tant pis si les murs ont abrité un drame familial, il suffit juste de ne pas en parler à Mélissa, son épouse.
"Il y avait quelque chose d'irréel dans ce lieu, une …

RUE DES ALBUMS (137) Le Loup en slip, Wilfrid Lupano et Mayana Itoïz

Image
"Au dessus de la forêt vit le loup. Un cri qui glace, un regard fou. Dans la forêt, on le sait, ne laisse pas traîner tes fesses quand le loup descend pour manger".
Le loup est l'ennemi public numéro 1 de la forêt si bien que tous les animaux se sont préparés à leur façon à une éventuelle attaque du prédateur. Colifichets, remèdes miracles, armes défensives, alarmes, protections diverses et variées viennent agrémenter la formation initiale faite aux jeunes habitants pour se protéger d'une attaque.

"C'est nous, la brigade anti-loup ! Dormez tranquilles, on veille sur vous !"
Eh oui, les habitants se sont cotisés pour s'offrir une protection exceptionnelle composée de putois courageux et surarmés. Seulement, il font les fiers en apparence, car lorsqu'ils sont seuls, dans la forêt à traquer la bête, ils tremblent !

La brigade anti-loup rencontre bien un loup mais il ne correspond pas aux stéréotypes du prédateur. Il est tranquille et surtout il port…

Noir sur blanc, Tanizaki Jun'ichirô

Image
Mizuno a toujours assumé son statut d'écrivain paresseux et asocial. Depuis son divorce - un soulagement pour lui - il vit dans un hôtel au mois où il tente tant bien que mal à vivre de ses pages.
"Effectivement, il n'avait aucun interlocuteur, personne à qui s'adresser ne fût-ce qu'une parole de la journée. Et même s'il ne se sentait pas triste, quelque chose en lui se trouvait triste, c'était indubitable". Il peut rester des jours sans adresser la parole à quelqu'un tout occupé à écrire un roman ou le terminer. Le dernier en date a pour héros un écrivain qui lui ressemble étrangement directement inspiré aussi d'un collègue, au point qu'à la fin de son roman, il se rend compte que la réalité s'est invitée dans la fiction : alors qu'il a appelé son personnage principal Kodama, il lui a substitué sans s'en rendre compte le substantif de Kojima, soit le véritable nom de son collègue écrivain.
"Le personnage de son roman était…

Le Mangeur de citrouilles, Penelope Mortimer

Image
Mrs Armitage est mariée en troisième noce avec Jake, un scénariste qui connaît enfin le succès. Toujours seule, elle s'est entourée d'une nichée d'enfants, au détriment de sa vie de couple.
Quand Jake l'a épousée, elle était déjà mère plusieurs fois et comptait bien l'être encore. Son nouvel époux avait l'air d'accepter son rôle de beau-père avec sérénité. En apparence. Et même si lui-même, à son tour, devint père, il laissa à son épouse le soin d'élever les enfants.

La nouvelle notoriété de Jake, l'argent et la solitude ont fait que Mrs Armitage se retrouve allongée dans le cabinet d'un psychologue à raconter son vague à l'âme. Jake fuit le domicile familial, et depuis son étrange relation avec Philpot la dame de compagnie des enfants, la narratrice a des doutes sur sa fidélité.
Pendant longtemps elle a cru que porter et mettre au monde tissait un lien indéfectible avec le père de l'enfant. Sauf que maintenant, un peu de dépassé par les…

Retombées de sombrero / Un privé à Babylone, Richard Brautigan

Image
En refermant pou la première fois un roman de Brautigan, on se demande comment on a pu passer à côté d'un tel délice. A la fois loufoque et profond, soutenu et familier, Brautigan emporte le lecteur dans son univers littéraire. Et on est loin de s'ennuyer !
Quand Brautigan décrit la longue chevelure noire de l'ex-maîtresse de l'écrivain en mal d'inspiration, décrit-il celle de son épouse rencontrée au Japon ? C'est qu'il n'a pas de chance ce romancier,l'amour de sa vie est partie et il n'arrive plus à écrire. Pourtant, il a bien commencé une histoire, celle d'un sombrero blanc abandonné sur la chaussée, mais il a chiffonné la feuille et l'a jetée. Hasard de la littérature, il ne sait pas que son idée continue de faire son bonhomme de chemin indépendamment de lui.
De toute façon l'écrivain est obsédé par son ex japonaise, il l'imagine en train de rêver ou dans les bras d'un autre. Lui qui est connu pour être un humoriste sombr…