RUE DES ALBUMS (132) Tout autour, Ilya Green

Ed. Didier Jeunesse, novembre 2016, 48 pages, 20€

Avant d'être un album qui raconte une histoire, Tout autour est un objet d'art : couverture, papier, illustrations sont autant de pépites que l'auteure a voulu en osmose avec le texte, tout comme la relation entre la petite fille et sa maman.

"J'étais le centre du monde.Et ma mère était là.On était le tout.Le monde était en moi".

Après sa naissance, la jeune héroïne a su conserver sa relation particulière avec sa mère. toutes deux vivent en harmonie avec la nature, appréciant les caresses du vent dans leurs cheveux ou qui font ployer les herbes des champs. C'est là, dans cette nature aimante, que la petite a poussé, faisant d'un mouton son animal de compagnie. Les seules ombres qu'elle connaissait étaient celles des nuages sur le sol, alors quand des ombres sont apparues sur le corps de maman, il a fallu chercher d'où cela venait.
"J'ai regardé en l'air,
et les nuages n'étaient pas là.
J'ai regardé la terre,
et j'ai vu que les ombres venaient de là".
C'est la terre qui se rappelle à son bon souvenir. Il est temps pour la maman de la rejoindre, même si elle laisse une orpheline éplorée qui la nourrit de ses larmes jamais taries.
Ses pleurs ont permis de faire pousser un arbre qui a porté des fruits. Lentement, avec le temps, la petite a appris à vivre sans sa maman, et elle a décidé de suivre les oiseaux sur sa frêle embarcation de bateau des champs !
Après avoir parcouru le monde et découvert des paysages insoupçonnés, elle accoste une terre près de l'océan, avec un arbre rouge et un enfant qui dessine.
Fini la solitude ; désormais ils sont deux et tout un monde à découvrir !

Tout autour est un travail d'orfèvre. Le texte est tout en pudeur, délicat, métaphorique. Il aborde la perte et la gestion de l'absence avec poésie. Un jour peut être sombre, et le suivant être lumineux.
Les illustrations reflètent le propos et témoignent de l'imagination de Ilya Green : collages, couleurs pastels, visages doux, travail sur les ombres ; rien n'est laissé au hasard.
Ainsi, le lecteur s'embarque avec la petite fille sur sa frêle esquif, confiante en l'avenir et curieuse de ce qu'elle va découvrir !

Posts les plus consultés de ce blog

Après la fin, Sarah Moss

Noir sur blanc, Tanizaki Jun'ichirô