Solaire, Fanny Chartres

Sara et son frère Ernest sont comme les deux doigts de la main , en même temps ils n'ont pas le choix s'ils ne veulent pas sombrer  comme leur mère dépressive. Or, le mal être s'exprime toujours d'une façon ou d'une autre, alors Ernest va tout mettre en oeuvre pour aider sa grande sœur.


Dans la famille Chatterton, rien ne va plus. Avec un nom de famille pareil, on pourrait croire à une famille soudée comme le scotch, mais force est de constater qu'on est plutôt dans l'ambiance du drame éponyme d'Alfred de Vigny. Depuis le départ du père, la maman a sombré dans la dépression et la paranoïa. Les enfants sont restés avec elle, mais avec le temps, ils sont devenus "les parents" de leur mère. Ils font les courses, les devoirs,  gèrent la maison, les médicaments et surtout les crises d'angoisse ou d'hystérie. Il n'y a plus beaucoup de places pour leur vie d'enfants.

Sara est au lycée, Ernest en primaire. Le surnom de Sara c'est Ossette car elle a la peau sur les os. Ernest a bien remarqué que Sara mangeait moins que d'habitude, mais avec tout ce qu'il a à gérer avec sa sœur, il a compris trop tard que ce qu'il prenait pour un dégoût de passage est en fait un problème bien plus profond. Ossette ne mange plus alors il faut lui redonner le goût de la nourriture.
Si Sara s'effondre, c'est sûr qu'elle emportera sans le vouloir son frère dans sa chute.
"- J'ai lu quelque part que les personnes qui ne mangent pas, continue-t-il, je veux dire qui refusent de s'alimenter, c'est comme si elles rejetaient un peu leur vie. Elles ne se sentent pas heureuses et n'ont plus d'appétit pour rien...
- Mais pourquoi ? Ossette n'est pas bien dans sa peau ? Elle n'est pas heureuse avec moi ? " 

Ernest, avec l'aide de son amie Francine et de son frère Gaspard l'amoureux d'Ossette, décide de mettre un peu de poésie dans la vie de Sara. Et si cuisiner c'était aussi d'abord écrire des recettes poétiques? Et si reprendre goût à la vie, c'est partir ensemble à la mer pour enfin choisir un nouveau départ ? Le papa est bien présent même s'il ne vit plus avec eux. Lui aussi s'inquiète de la santé de sa fille...

Solaire est la formidable relation entre un frère et une sœur qui affrontent ensemble des problèmes d'adultes. Le récit est incroyablement contemporain, la fiction est vraisemblable si bien que de jeunes lecteurs pourront s'identifier aux personnages et, pourquoi pas, y puiser de l'inspiration pour gérer leurs soucis de grands.
Ernest apporte des jours solaires à sa sœur pour qu'elle retrouve la joie de vivre et retrouve un peu l'innocence de son âge.Il est le soleil d'une famille en déroute, le point d'ancrage de tous grâce à l'énergie qu'il déploie.

A partir de 9 ans.

Ed. L'Ecole des Loisirs, collection Neuf, avril 2018, 160 pages, 14,50€
Illustrations de Camille Jourdy

Posts les plus consultés de ce blog

Simple, Julie Estève

Tenir jusqu'à l'aube, Carole Fives

La Neuvième heure, Alice McDermott