Une histoire des loups, Emily Fridlund

Ed. Gallmeister, collection Nature Writing, août 2017, traduit de l'anglais (USA) par  Juliane Nivelt, 296 pages, 22.40€
Titre original : History of Wolves


A travers le regard d'une jeune adolescente employée comme nounou, l'auteur plonge le lecteur dans l'intimité d'une famille adepte de la Science Chrétienne.


Une histoire des loups c'est d'abord une ambiance. dès le début du roman, on retrouve l'esprit de la collection Nature Writing. l'intrigue se déroule au sein d'une nature majestueuse, au cœur d'une forêt du Minessotta entourant un lac où l'héroïne a ses habitudes depuis l'enfance.

Il y a des années les parents de Madeline, avec d'autres parents, ont installé une communauté au bord du lac. Maintenant, ils ne sont plus que trois à vivre chichement en harmonie avec la nature. Un jour, la jeune fille observe l'aménagement des nouveaux voisins de l'autre côté de la rive, un couple et leur petit garçon de quatre ans. Au gré de ses errances avec ses chiens en forêt, elle fait la rencontre des nouveaux venus. Tout de suite le courant passe avec la jeune mère qui lui propose d'emblée de garder de temps en temps le petit garçon. Pour Madeline, c'est aussi l'occasion de fuir le cocon familial et de pouvoir profiter d'un peu de confort.

Patra est mariée avec Léo, un scientifique souvent absent. Elle gère comme elle peu l'éducation de Paul en veillant à son bien être et à sa curiosité intellectuelle. Madeline a bien noté quelques réflexions et comportements étranges chez eux, mais elle se sent mal placée pour en parler, elle-même faisant l'objet de moqueries ou de rumeurs au lycée.
Elle apprend à Paul à reconnaître les éléments naturels, et peu à peu, elle prend plaisir à être intégrée au sein de la famille.
Lorsque Leo rentre, tout change ; l'ambiance semble plus lourde. Il interroge la jeune fille, n'hésitant pas parfois à être trop direct. Souvent, il part dans des monologues à caractère spirituel qu'on a du mal à suivre. Enfin Paul et Patra semblent le craindre.
Depuis le retour de son père, le petit garçon semble plus fragile, plus sensible, sans que cela alerte ses parents outre mesure.
"Il me serait difficile d'expliquer que je n'avais pas posé de questions parce qu'ils étaient tous deux exceptionnellement, presque insupportablement gentils."
Madeline tente de mettre de côté toutes ses impressions ; elle met même cela sur le compte de son tempérament solitaire et un peu sauvage. Or, peu à peu, elle est mise de côté au moment où la santé de Paul se détériore. La maison des voisins n'est plus un refuge mais bien un lieu où se trouve un secret bien gardé.

Composé en deux parties - Science et Santé- Une Histoire des loups entre dans une problématique mal connue sur le continent européen : les croyances confuses de l'église de la Science Chrétienne à propos de la médecine et de leurs rapports face à la maladie. Le lecteur sait très vite qu'il s'est passé une tragédie puisque Madeline la narratrice évoque un procès et une perte, mais il faut attendre une bonne moitié du roman pour comprendre ce qui s'est passé.
" Pendant le procès, ils demanderaient sans cesse , 'Quand avez-vous compris que quelque chose ne tournait pas rond ?' Et la réponse était probablement : tout de suite. Mais l'impression se dissipa au fur et à mesure que j'appris  connaître Paul."
En guise d'exposition, Emily Fridlund s'est attardée sur son personnage principal, la jeune Madeline. Elle incarne l'objectivité, le bon sens ; elle est très mûre pour une jeune fille de son âge. Cette maturité, elle la doit non seulement à ses parents, mais aussi à l'importance qu'elle porte à son environnement naturel immédiat. Néanmoins, témoin unique d'un drame longtemps larvé, son récit a eu des conséquences majeures sur sa vie d'adulte.
"Mais aujourd'hui encore, je me souviens de tout comme si deux histoires mutuellement exclusives avaient eu lieu simultanément. Celle décrite par le procureur - nausée, migraine, coma, etc, - et celle que j'ai vécue avec Patra et Paul - (...) Elles ont beau se terminer de la même manière, ce ne sont pas les mêmes histoires. Si j'étais quelqu'un d'autre, je verrais peut-être les choses différemment. Mais n'est-ce pas là le nœud du problème ? Est-ce qu'on ne se comporterait pas tous différemment si on était quelqu'un d'autre ?"
Qui sont les loups dans cette histoire ? Certainement pas l'animal sauvage qui se promène en meute en forêt. C'est au lecteur de choisir qui sont les vrais responsables, les vrais prédateurs, puisque la victime, hélas, reste celui qui a subi la folie des hommes. Le caractère de la mère reste une énigme. On est sans cesse partagé entre le sentiment d'une femme sous l'influence d'un homme dogmatique et celui d'un être en quête désespérée de reconnaissance ou d'aide.
" N'avait-elle pas toujours besoin que quelqu'un l'observe et l'approuve ?
Et n'étais-je pas celle qui s'y prenait le mieux ?" 

Posts les plus consultés de ce blog

Les Insoumis (tome 2): le chemin de la vérité, Alexandra Bracken

Idaho, Emily Ruskovich

La Toile du paradis, Harada Maha