Un Chant céleste, Yan Lianke

Ed. Picquier, mars 2017, traduit du chinois par Sylvie Gentil, 96 pages, 14.50 euros.
Titre original : Balou Tiange


Yan Lianke utilise les ressorts du conte pour raconter l'histoire d'une mère de famille forte et déterminée, et égratigne au passage les coutumes de son pays.

Quand You Sipo est arrivée au village où elle s'est installée, elle était confiante et transmettait sa joie de vivre en chantant des airs d'opéra. Les années ont passé : elle ne chante plus, travaille toujours aux champs, et son mari a décidé de se suicider.
La vie ne lui a pas fait de cadeaux. Avec You Shipou, elle a eu quatre enfants tous frappés du même mal à la naissance. Ils sont nés idiots, capables certes de l'aider aux travaux des champs, mais incapables de raisonner et de fonder sans aide une famille. Autant, You Sipo a réussi à caser ses deux premières filles, autant, elle sent qu'elle aura du mal à marier la troisième, car cette dernière n'acceptera de quitter le giron maternel que si un "gens-complet" accepte de l'épouser.
"Comment aurait-elle deviné que cette aînée, comme celle qui viendrait après, et encore la Troisième, seraient des idiotes ? Qu'à six mois, elles auraient le regard fixe et plus blanc que noir, qu'elles ne diraient pas maman avant leur trois ou quatre ans, qu'à cinq ou six elles se traîneraient encore par terre pour ramasser les crottes des chevaux et des cochons, qu'à dix elles feraient toujours pipi au lit ou dans leur pantalon ? D'avoir coup sur coup engendré trois simples d'esprit leur avait fait si peur qu'ils n'avaient plus osé recommencer. Désormais, elle ne fredonnait plus, pas une ligne d'opéra ne franchissait ses lèvres".

La voilà donc partie à la recherche d'un gendre voulant  bien accepter le mariage avec une attardée mentale. Sur le chemin, elle est accompagnée du fantôme de son mari qui ne peut s'empêcher de lui faire des réflexions sur sa vie et ses choix, alors qu'il s'est suicidé parce qu'il ne supportait plus sa descendance...
L'entreprise de You Sipo s'avère compliquée car, dans les environs, tout le monde connaît son histoire, et on croit dur comme fer que sa famille a été frappée d'une malédiction, au point qu'on lui demande parfois de passer son chemin pour ne pas porter malheur aux femmes enceintes qu'elle pourrait croiser !
Seulement, cette mère est une battante. Bien qu'elle soit consciente de l'infirmité de sa progéniture, elle se bat pour qu'elle réussisse à avoir une vie normale. Par hasard, elle apprend que son désir serait exaucé si elle exhumait les os de son défunt époux pour en faire une décoction d'os humains. La mixture pourrait faire guérir ses enfants.
Malgré les lamentations du fantôme de You Shipou, You Sipo n'hésite pas une minute et décide d'exhumer le corps...

Yan Lianke utilise les ressorts du conte traditionnel pour raconter l'histoire d'une mère prête à tout pour changer le destin de ses enfants. Le genre narratif choisi permet les passages improbables tout en permettant de critiquer les mœurs des campagnes chinoises, coincées entre la réalité des besoins et  la force des croyances. Ainsi, l'héroïne dialogue tout à fait normalement avec son défunt mari, tandis qu'elle s'offusque des demandes de certains villageois superstitieux.
Le récit, assez court, est une ode à l'amour maternel et à la tolérance, une histoire universelle à découvrir. 

Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat