Accéder au contenu principal

Le Point de Schelling, David Rochefort

Ed. Gallimard, collection Blanche, mars 2017, 224 pages, 18.50 euros

Nissim possédait toutes les clés pour réussir sa vie, mais il a préféré se laisser porter par le quotidien, l'imprévisible. Jouir d'une liberté totale, ne pas être pris au piège des carcans de l'argent, du travail et de la famille a cependant des limites que Nissim cherchera à contourner indéfiniment.
Sa rencontre avec Alba, une femme remplie de "ses silences et du vide de son passé "est ce que, en théorie des jeux, on appelle le point de Schelling. Leur relation amoureuse est une dynamique de coopération et de conflits. Nissim, comme pour le reste de son existence, entreprend une logique stratégique pour appréhender ses sentiments envers Alba. Amour et haine ne sont jamais bien loin, et la jeune femme, assez soumise au départ, va se révéler, au fil du roman, et utiliser les mêmes ficelles stratégiques de son compagnon.

Mensonges et mythomanie sont très présents. Nissim est un écrivain et la fiction est un terrain de jeu qui mérite - pourquoi pas - d'être vécu. Parce qu'il a étalé son enfance dans un premier roman que ses parents ont lus sous la forme d'un manuscrit, ces derniers lui battent froid.
"Naturellement, sa famille lit le manuscrit, qu'elle déteste ; elle se sent attaquée, ridiculisée ; elle considère qu'il a trahi. Pour son père, cet événement s'ajoute à tant d'autres qui lui font de plus en plus considérer qu'il ne comprend pas, ou plus, le monde dans lequel il vit, qu'il n'est plus fait pour ça. La mère se prend de haine pour lui, soudainement, dans une combustion instantanée de sentiments hostiles, comme sous l'effet d'une allumette qu'on aurait lancée en forêt".
Peu importe, la vie est ailleurs, et certainement pas en France ! Alors, Nissim et Alba décident de tenter leur chance en Espagne.
"Il a ainsi fallu à Nissim et à Alba opérer ce détour de quelques milliers de kilomètres pour se trouver et trouver une joie qu'ils ne connaissaient pas dans leur quotidien".

Mais là bas, Les premiers jours "aux airs de kermesse" laissent très vite place au délitement, aux faux-fuyants. Nissim se marginalise et rencontre un vieux fou - comme lui ? - avec qui il monte une escroquerie basée sur la ressemblance de son nouvel ami avec le peintre Dali. Cependant, à force de mélanger vie et fiction, à force de théâtraliser son quotidien, le jeune homme perd pied et fait du mensonge la base de sa propre réalité. Après un dernier affrontement avec Alba, Nissim fuit.
"Que cherche-t-on au juste quand on cherche la reddition de l'autre par la force ? C'est une équation absurde, faussée à l'origine, une équation où l'équivalence ne peut pas exister".

Dès lors, parce que la réalité est trop difficile à vivre au quotidien, Nissim se réfugie dans l'imagination et fait de la reconquête d'Alba une priorité absolue.
"Tout cela lui semble loin, maintenant, et leur histoire ne se ressemble plus. Tous deux ont tellement changé".

Divisé en trois parties - Vie de Nissim, Le livre de Nissim et Le livre de l'exil - David Rochefort raconte l'histoire d'un anti-héros à l'âme tourmentée, né dans un monde dans lequel il ne se reconnaît pas.
"L'existence de Nissim a toujours eu la forme d'une courbe affalée, épuisée ; des brefs pics et de profonds creux".
Rêve et réalité, fiction et vie se rencontrent, se mélangent troublant ainsi le lecteur dans sa quête, et le laisse désorienté devant un récit aux multiples ramifications.

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …