Accéder au contenu principal

Crépuscule du tourment 2, Léonora Miano

Ed. Grasset, mars 2017, 320 pages, 20 euros.

Le roman débute là ou le premier tome se terminait : Ixora est laissée pour morte sous une pluie battante, battue par celui qui partage sa vie, Amok.

Amok fuit, horrifié par sa bestialité et la certitude que finalement il est comme son père qui battait jadis Madame. La violence envers les femmes serait-elle une histoire de famille ?
"Amok avait frappé Ixora parce qu'il ne s'était plus contrôlé. Il l'avait abandonnée dans la boue parce qu'il s'était habitué à se rétracter en lui-même pour éviter les conflits, la douleur, la honte. Il ne savait pas très bien où il était, mais le moment était venu pour lui de quitter cet endroit".
 Dans la berline qui fonce à travers l'orage, il décide de rejoindre le village de son père afin de l'affronter enfin. Cela fait des années qu'il ne l'a pas vu et ils n'ont jamais vraiment parlé d'homme à homme. Seulement, Amok est victime d'un accident de voiture. Dans l'attente des secours, il sombre dans l'inconscient et plonge le lecteur dans la connaissance de son histoire intime bouleversante.
" La pulvérulence des matériaux reçus en héritage lui interdisait de se rêver, un jour, bâtisseur de quoi que ce soit, fût-ce dans un couple".

Sa violence est issue d'expériences de jeunesse traumatisantes : il a refusé de participer à un viol collectif dans lequel la jeune fille, plus tard, se suicidera ; il a été victime d'une tante paternelle à la sexualité déviante et humiliante. Adolescent, Amok va laisser ses pulsions sexuelles l'envahir pour plus tard lutter chaque jour contre elles. Son dégoût de lui-même l'empêche d'appréhender sereinement une histoire d'amour, c'est pourquoi sa liaison avec Ixora, l'épouse de son ami défunt Schrapnel, est une denrée précieuse. Elle ne lui propose qu'une amitié sereine, sans relations charnelles, et la possibilité d'être un père pour le petit Kabral. 
"Ixora lui avait rendu l'amour oublié des fleurs. Leurs rapports ignoraient la voracité qu'induisait le désir charnel, cette volonté d'incorporer l'autre en soi, cette façon de ne lui ouvrir les bras que pour l'y emprisonner".
Or, même cela il n'a pas pu ou su le préserver. Ixora a décidé d'aimer ailleurs, d'explorer enfin sa sexualité auprès d'une femme, la coiffeuse de Madame, la mère d'Amok.
Sous le prisme d'un réalisme magique, Léonora Miano écrit le chemin de croix d'un homme vers l’acceptation de sa nature véritable. A lui d'accepter sa violence, ses imperfections, ses goûts sexuels sans pour autant chercher un responsable à ce qu'il est intimement. La fuite n'est pas une solution.
"La fuite était devenue son mode de vie. Où était-il en ce moment, où se trouvait-il en vérité, sinon au plus profond de son obscurité intime ? A l'heure de la confrontation avec soi-même, le mécanisme de la défection s'enclenchait, le plongeant dans l'illusion".

Le second tome fait écho au premier ; cette fois-ci ce sont les figures masculines qui s'interpellent, qu'elles soient défuntes, magiques voire irréelles, ou fondatrices d'une lignée tant abhorrée.

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

Après et avant dieu, Octavio Escobar Giraldo

Ed. Actes Sud, novembre 2017, traduit de l'espagnol (Colombie) par Anne Proenza, 224 pages, 19.8 €
Titre original : Despuès et antes de Dios


A partir d'un fait divers réel, l'auteur invente la fuite de la narratrice matricide, pétrie de religion et remplie de désirs coupables.
La narratrice - jamais nommée- est la fille unique d'une grosse famille de la ville de Manizales située au cœur des Andes colombiennes. Avocate et propriétaire d'une agence immobilière, elle vient d'être la victime de l'escroquerie d'un de ses amis, prêtre de son état. Les pertes financières sont très grandes et elle ne peut compter que sur sa mère, figure locale de la bourgeoisie catholique.
Même si, comme sa famille, la narratrice est pétrie de religion, elle n'hésite pas à commettre un matricide pour pouvoir sortir la tête hors de l'eau. Mais Dieu lui pardonnera-t-il son geste criminel ?
"Nous priâmes des heures, murmurant à peine, les yeux fermés, pénétrées. L'e…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …