Un ange brûle, Tawni O'Dell

Ed. Belfond, traduit de l'anglais (USA) par Bernard Chen, février 2017, 352 pages, 21 euros.
Titre original : Angels burning


Dove Carnahan, chef de police, mène une enquête difficile dans un milieu qu'elle ne connaît que trop bien et qui ravive un lourd secret.

"J'avance prudemment sur cette terre brûlée, conscient du péril qui bouillonne dessous, tandis que derrière moi Nolan la foule avec agressivité, la mettant au défi de céder. A l’épicentre du feu couvant, une dizaine de fractures fumantes ont déchiré la surface. Des arbres morts sont tombés ici et là ; leurs racines mises à nu me rappellent les pattes entremêlées des araignées desséchées que Neely et moi trouvions jadis sur le parquet de notre grenier. Dans l'une de ces crevasse surchauffées, quelqu'un a fourré une fille assassinée."
Dans ce décor apocalyptique, on retrouve le corps a moitié calciné de Camio Truly, jeune adolescente de seize ans, issue d'une famille ou plutôt d'un clan plus connu pour des faits d'alcool, de violences familiales, et à la limite de la marginalité, que pour ses services rendus à la communauté.
Pourtant malgré le contexte familial, Camio détonait car elle fréquentait un jeune homme de bonne famille et se passionnait de psychologie, au point d'intégrer une université afin d'y poursuivre ses études. Avec un frère en prison, une sœur à peine majeure et déjà maman, et un jeune frère sauvage, on comprend bien pourquoi la jeune fille voulait fuir le taudis dirigé par la mère, Shawna, dont le seul exercice physique de la journée consiste à prendre en main la télécommande de la télévision.

Alors que ce n'est pas la première fois que Dove Carnahan est confrontée à un meurtre, cette enquête l'interpelle. C'est elle qui a remontée le corps meurtri caché au fond d'un trou du Run, village fantôme abandonné depuis des lustres depuis que les galeries minières souterraines ont décidé de s'effondrer. Camio lui rappelle son enfance. Dove est l'aînée d'une fratrie de trois enfants que sa mère a eu de trois compagnons de passage. Belle à en pleurer, elle vivait aux crochets de ses amants, peu encline à remplir son rôle maternel. En rentrant un jour du lycée, Dove a trouvé sa mère assassinée dans la baignoire...
A cinquante ans, elle est restée dans sa ville natale ainsi que sa sœur Neely. Quant au frère, Champ, il est parti dès sa majorité. Son retour fortuit déstabilise les deux sœurs et ravive des souvenirs douloureux.
"Et je n'en ai jamais voulu à Champ de m'avoir écartée de sa vie. Rester proches aurait signifié des efforts épuisants pour garder un équilibre, une immense difficulté à évoluer sur la corde raide tendue entre le risque de trop parler et celui de ne pas en dire assez".
Convaincue que la vérité se trouve au sein du clan Truly, la police fouille et tente d'interroger les membres, sauf que le silence est d'or. Chacun semble craindre la réaction de la doyenne, Miranda, dont le regard acéré semble vous transpercer. Il va falloir la jouer rusée pour réussir à faire progresser l'enquête.

Tawni O'Dell raconte en fait deux histoires : celle de Camio Truly, la victime, et celle de Dove Carnahan, l'enquêtrice. A leur manière, ces deux destins se ressemblent sur bien des points. Par un habile jeu de flashs back, le lecteur prend connaissance au fur et à mesure de l'enquête du passé douloureux de Dove. Les deux récits avancent au même rythme, favorisant ainsi un final explosif où, encore une fois, on se rend compte que même les défenseurs de la loi portent parfois de trop lourds secrets.

Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat