Accéder au contenu principal

REGARDS CROISES (27) Westworld

Regards croisés

Un livre, une série, deux lectures. En collaboration avec Christine Bini 


Trop en dire serait gâcher le plaisir...



Westworld, HBO saison 1, 10 épisodes, USA, de Jonathan Nolan et Lisa Joy.

Ça commence fort, du sexe, de la violence et du sang. La série annoncée comme celle qui détrônera Game Of Thrones utilise au départ les mêmes ficelles pour attirer le chaland, même si nous sommes dans un univers radicalement différent.
Car Westworld est le Disneyland du futur pour milliardaires en mal de sensations. En échange de quelques milliers de dollars, à vous la vraie vie dans le Far West reconstitué avec des personnages plus vrais que nature. Là, aucune règle : vous pouvez tuer, plonger dans la luxure, trahir, sans que jamais vous ne soyez en danger de mort. En plus, vous n'êtes entourés que d'androïdes (hôtes) qui vous ressemblent tellement qu'il est vain au premier regard de savoir qu'ils sont de "faux-humain".

Ce parc hors norme est le rêve de deux savants (fous ?) dont l'un est devenu le directeur inamovible, le Dr Robert Ford (Anthony Hopkins) et l'autre, un certain Harold, disparu dans des circonstances étranges. Ils ont pensé, créé, et modifié les scénarii proposés aux invités en fonction des préférences du moment. Mais, au fil des épisodes ou boucles narratives, le spectateur découvre que Ford est peut-être à l'origine des bugs survenus dans les comportements des hôtes. A force d'effacer la mémoire des machines, celles-ci voient leurs comportements modifiés, peuplés de rêves, des souvenirs enfouis au plus profond de leur mémoire virtuelle.

La série, ronronnante au départ, ne commence véritablement qu'à l'épisode 5. L'Homme en noir (Ed
Harris), qu'on pourrait comparer à un autre Homme en noir célèbre - celui de la Tour Sombre de Stephen King - donne de la dimension à l'ensemble. On sait que c'est un invité, un habitué même du parc, et qu'il est à la recherche d'un point stratégique. Le parc est un labyrinthe et son centre la réponse à tout. Trouver le centre est sa quête.

Dès lors, Westworld prend une dimension métaphysique : la répétition des événements symbolisée par la carte perforée du piano mécanique du saloon se dérègle. Plus l'Homme en noir avance dans le scénario  qu'il s'est lui-même construit, plus les hôtes se "rebellent" et accèdent à une certaine forme de conscience. Dolores Abernathy (Evan Rachel Wood) quitte les sentiers qui lui sont dédiés pour enfin accéder au "vrai monde" au delà des eaux du fleuve. Elle sent de plus en plus distinctement que son monde n'est pas réel.

Pour des robots, accéder à la conscience est dangereux car ils deviennent humains et justement leurs concepteurs ne peuvent plus les manipuler comme ils veulent. Dans leur bunker aseptisé situé dans les entrailles du parc, les ingénieurs tentent de comprendre ce qui se passe vraiment.


Des notions comme vie, existence, conscience, souvenir, réalité, prennent tout leur sens dans cette série de science-fiction, servie par des personnages complexes à souhait et un scénario en béton construit sur plusieurs temporalités.

Westworld est inspiré d'un film de Michael Crichton de 1973, Mondwest avec Yul Brunner

La saison 2 est prévue en 2018

Pour visionner la bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=o5OHta3OFR0

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

Après et avant dieu, Octavio Escobar Giraldo

Ed. Actes Sud, novembre 2017, traduit de l'espagnol (Colombie) par Anne Proenza, 224 pages, 19.8 €
Titre original : Despuès et antes de Dios


A partir d'un fait divers réel, l'auteur invente la fuite de la narratrice matricide, pétrie de religion et remplie de désirs coupables.
La narratrice - jamais nommée- est la fille unique d'une grosse famille de la ville de Manizales située au cœur des Andes colombiennes. Avocate et propriétaire d'une agence immobilière, elle vient d'être la victime de l'escroquerie d'un de ses amis, prêtre de son état. Les pertes financières sont très grandes et elle ne peut compter que sur sa mère, figure locale de la bourgeoisie catholique.
Même si, comme sa famille, la narratrice est pétrie de religion, elle n'hésite pas à commettre un matricide pour pouvoir sortir la tête hors de l'eau. Mais Dieu lui pardonnera-t-il son geste criminel ?
"Nous priâmes des heures, murmurant à peine, les yeux fermés, pénétrées. L'e…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …