La Femme brouillon, Amandine Dhée

Ed. La Contre Allée, collection La Sentinelle, janvier 2017, 96 pages, 13 euros.


Il suffit d'une grossesse pour que toutes les certitudes sur soi, le féminisme et le rapport aux autres, vacillent.


"Hétérosexuelle et monogame, je faisais partie des populations à risques, vite rattrapées par le discours pro-maternité. Les femmes intelligentes sont lesbiennes, c'est bien connu".

Pourtant "fruit de trois générations de mères lamentables", voilà  la narratrice enceinte ! C'est le refus d’alcool à l'apéro qui a mis la puce à l’oreille, suscitant davantage de commentaires que son sevrage tabagique.

Il faut attendre que le ventre s'arrondisse pour que la grossesse ne soit plus un concept mais un fait. Et là voilà, elle, féministe convaincue et indépendante à entrer dans le conformisme : les femmes sont-elles faites finalement que pour procréer et assurer la survie de l’espèce ? Dur constat.
Lorsque bébé grandit, le ventre pousse, et la future maman découvre que ce dernier devient "un domaine public". On le touche car cela porte chance, on s'extasie devant lui, on attire les sourires de connivences dans les transports en commun de la part d'inconnus qui vous auraient royalement ignorée ou insultée si vous aviez eu le ventre plat.
"Dans la rue, les hommes s'écartent sur mon passage, plus personne ne me demande mon 06 ni ne me traite de pute. Je suis devenue respectable. Evidemment, ça a un prix. Si je m'avisais d'allumer une cigarette ou d'ouvrir une canette de bière, les regards me piétineraient".
La maternité vous permet d'accéder à un statut à part, un peu flou, et augmente vos incertitudes; vous êtes bel et bien "une femme brouillon" qui se construit au fur et à mesure comme le fœtus qui grandit en vous.

A l'heure de l'enfantement où "le temps s'écoule en doigts et en centimètres", la narratrice, par le passage de la douleur et la perte de la pudeur, va muer en "femme-lézard", pressée que le bébé sorte enfin.
"Il est à moi, jubile la femme-lézard. Il a tout".
L'accouchement transforme une femme. La femme brouillon qui s'est gavée - comme toutes les autres - de livres sur la maternité durant la grossesse, s'est transformée en maman. A elle maintenant d'être à la fois une mère, une maîtresse, une femme : "mes identités se disputent" se surprend-elle. Il ne faut pas brandir la maternité comme un trophée au risque de s'y perdre. A elle de se trouver une nouvelle place dans notre société en constante mutation.
"Je suis encore une femme brouillon. C'est parfait. Je ne suis décidée par rien, mais rien ne me décide".

Les mamans lectrices se reconnaîtront dans ce portrait sans concession d'une femme moderne en pleine mutation. Avec un style sans artifice, direct, Amandine Dhée pose la question de l'identité féminine  dans notre société. Il suffit qu'une femme porte un enfant pour que le regard que l'on porte sur elle évolue. A l'inverse, cette dernière, enceinte, n'a plus le droit au pas de travers.
L'auteur, par son expérience intime, porte un regard aiguisé sur cette aventure et dresse des constats parfois amers. La grossesse n'est pas qu'un chamboulement d'hormones, c'est aussi la remise en cause de toutes nos certitudes et la préparation à une "mutation", le passage du JE au NOUS.

Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat