Generation, Paula McGrath

Ed. Quai Voltaire, janvier 2017, traduit de l'anglais (USA) par Cécile Arnaud, 240 pages, 20 euros.


Un roman en forme de toile d'araignée où les personnages, sans le savoir parfois, ont des liens entre eux. Construit sur plusieurs années, le récit pointe du doigt les faiblesses et les secrets de chacun des protagonistes.



Joe Martello a racheté une ferme au coeur de l'Illinois où il compte bien faire fortune en développant l'agriculture bio. En attendant, il vivote grâce au prêt consenti par son père, et ses ventes sur le marché. Internet lui permet non seulement de trouver de la main d'oeuvre pas chère, des bénévoles, mais aussi des compagnes. Seulement, il y a un hic que chaque femme a du mal à accepter : Joe vit dans une porcherie. il est loin d'être une fée du logis.

Parce qu'elle s'ennuyait, Aine, jeune maman irlandaise, a décidé de divorcer. Depuis, elle veut donner du sens à sa vie et croit pouvoir y parvenir en allant rejoindre Joe dont elle fait connaissance sur Skype. Elle emmène sa fille Daisy avec elle, certaine que ces vacances lui feront aussi du bien. Seulement, rien ne se passe comme prévu et Joe s'avère être un hôte de plus en plus inquiétant...

Pourtant, Joe a reçu une éducation et était promis à un bel avenir de pianiste. Sa mère, une juive allemande rescapée des camps, gagne sa vie désormais en donnant des cours de piano à de jeunes gens. Ces leçons sont les seuls moments où elle oublie son poids, l'indifférence de son époux, mais aussi celle de son fils qui passe devant chez eux chaque semaine sans s'arrêter. Depuis sa fuite d'Allemagne avec sa mère, sa vie n'est qu'une suite de désillusions, et Joe ne fait qu'accroître ce sentiment. Heureusement, un de ses élèves, Kane, semble promis à un bel avenir. Il semble doué et sa mère, immigrée japonaise, semble à tout prix vouloir faire de lui un virtuose. Et si Kane effaçait les désillusions de Joe ?

Quelques années plus tard, Daisy entreprend un voyage en Illinois, à la recherche de documents sur son grand-père mineur qui possédait une ferme. Elle va non seulement reconstituer sans le savoir le puzzle de sa vie et notamment donner un sens aux vagues souvenirs de son séjour là-bas avec sa mère, mais elle va aussi y rencontrer des gens qui ont un lien  avec cette histoire. C'est la troisième génération qui donne du sens à la première...

Paula McGrath a construit son roman sur trois époques en s'attardant notamment sur une qui constitue une bonne moitié du récit. Tout tourne autour du personnage de Joe, homme inquiétant et secret dont l'influence s'exerce sur de nombreux personnages.
Pourtant, l'ensemble souffre d'une construction bancale, notamment sur la fin où le lecteur restera sur sa faim, ayant l'impression que tout n'a pas été dit. Néanmoins, Generation reste un premier livre prometteur car il témoigne d'une certaine force fictionnelle. On sent que l'auteure a du potentiel.


Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat