Accéder au contenu principal

The Girls, Emma Cline

Ed. Quai Voltaire, août 2016, traduit de l'anglais (USA) par Jean Esch,  336 pages, 21 euros

"Tu es là"



Quand on a quatorze ans, que votre meilleure amie vous rejette, que votre père est parti vivre avec sa maîtresse, et que votre mère tente d'apaiser son chagrin en s'investissant dans de nouvelles habitudes de vie New Age, rien ne va plus. Et si en plus, il ne vous reste plus que deux mois d'été pour profiter pleinement de votre liberté avant l'internat et la tête dans les bouquins, on sent qu'il est temps de vivre, d'accumuler le plus vite possible le maximum d'expériences inédites qui vous permettront par la suite de mieux supporter ce qui vous attend.
Evie Boyd est une adolescente souvent en retrait, privilégiant l'observation aux actes. Lors d'un après-midi de désœuvrement au parc municipal, elle s'attarde sur les agissement d'un groupe de trois jeunes femmes. Nous sommes dans les années 60, en Californie, et il n'est pas rare de croiser des jeunes gens cool de la mouvance hippie. C'est tout naturellement qu'elle est abordée par Suzanne, et c'est tout naturellement aussi que cette dernière l'emmène au ranch où elles vivent en communauté avec le charismatique Russell.
"Voilà ce que je voulais : une vague venue de nulle part, silencieuse qui allait de moi à Russell. A Suzanne, à tous les autres. Je voulais que ce monde soit infini".

Le Ranch est grand, mal entretenu ; ses occupants sont à l'image des lieux, mais tous semblent heureux, et surtout ils sont libres. Pour Evie, il devient un endroit de liberté, tout le contraire de ce qu'elle vit chez elle.
"Vu la quantité de temps qu'on passait chez soi, c'était peut-être ce qu'on pouvait espérer de mieux, ce sentiment d'un enclos sans limites, comme chercher l'extrémité d'un ruban adhésif sans jamais la trouver. Il n'y avait ni coutures, ni interruptions, uniquement les points de repères de votre vie, si parfaitement assimilés en vous que vous ne pouviez même plus les reconnaître".
Elle se sent acceptée d'emblée, même si elle perçoit un certain malaise quant aux mœurs pratiquées : Russell semble être le maître d'un harem ; il n'a qu'à choisir et justement il vient de découvrir Evie...
"Tu es là, dit-il. Comme s'il m'avait attendue. Comme si j'étais en retard".

Dès le début du roman on sait qu'un événement grave s'est passé. Evie est une narratrice posée, la quarantaine, qui se rappelle l'année de ses quatorze ans, et tente de mettre en perspective ce qu'elle a vécu au ranch qui pourrait expliquer l'épilogue sanglant. Suzanne était un modèle pour elle. Les autres l'acceptaient, l'écoutaient, la mettaient en valeur. En filigrane, on sent bien que cette belle communauté fonctionnait comme une secte, et comme toute secte, le nerf de la guerre est l'argent.

Emma Cline déroule les événements sans s'attarder sur le sordide. L'essentiel est ailleurs ; elle est dans la personnalité d'Evie, de sa perception des événements, de son recul aussi. L'amour qu'elle porte à Suzanne étouffe la lucidité qu'il lui reste.
"Il y a des survivants de désastres dont les récits ne commencent jamais par l'annonce d'une tornade ou le commandant de bord signalant un problème de moteur, mais bien plus tôt : ils soulignent qu'ils avaient remarqué l'étrange lumière du soleil ce matin-là ou un excès d'électricité statique dans leurs draps. Une dispute insignifiante avec un petit copain. Comme si le pressentiment de la catastrophe s'insinuait dans tout ce qui avait précédé".

The Girls est un premier roman envoûtant, maîtrisé en trois parties, jouant sur le passé et le présent. Il est le journal de bord d'une ado paumée qui a mis les pieds dans l'antichambre des Enfers en croyant être arrivée au Paradis.
"Mes yeux étaient habitués à la texture de la décomposition, et je pensais être revenue dans le cercle de lumière".

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …