Accéder au contenu principal

La Prochaine fois ce sera toi, Vincent Villeminot

Ed. Casterman, juin 2016, 350 pages, 15.90 euros.

La Brigade de l'ombre



Présenté comme une incursion dans le roman noir, ce polar de Vincent Villeminot, auteur déjà de un des quatre tomes de U4 (U4 Stéphane, Ed Syros), est assez ambitieux. Il inaugure la série de "La Brigade de l'ombre", composée essentiellement de flics qui ont outrepassés leurs fonctions à un moment ou un autre de leur carrière. Dirigée par le commissaire Markovwicz et son adjoint Bosco, son rôle est essentiellement de protéger la population des goules, créatures dangereuses, mi-humaines, mi-monstres, capables de s’attaquer à tout ce qui se trouve sur leur passage.
" En reconnaissance des services éminents que j'ai rendus dans le passé, on m'a accordé un privilège : dans cette Brigade, je commande quelques flics qui n'ont plus le droit de l'être, afin d'arrêter, de temps en temps, des criminels qui n'en sont pas. Vous voyez l'idée"?

Le récit intègre à la fois intelligemment la formule du thriller psychologique, avec des personnages forts et attachants, un suspens en crescendo, ainsi qu'une dimension fantastique avec une créature issue du folklore arabe et perse. Dès lors, l'enquête sur le meurtre d'une jeune fille dans des conditions atroces, se fait en utilisant un angle d'attaque original et inédit.

Vincent Villeminot a pris soin de peaufiner ses personnages récurrents. L'accent est mis sur les personnalités de ceux qui composent l'équipe policière de choc. Markowicz, amateur éclairé de littérature, est un géant imposant qui noie dans l'alcool ses problèmes familiaux. Une ex-épouse qu'il a encore dans la peau, deux filles qu'il ne voit pas assez souvent et que, par la force des choses, il va devoir protéger. Car le meurtrier a une dent contre le policier et entend bien lui faire payer en s'attaquant à Fleur, sa fille adolescente.

L'affaire est rondement menée, générée par des chapitres courts au rythme haletant. Seul le dernier tiers s’essouffle un peu, provoquant une mise en attente parfois agaçante.
Il est difficile parfois de se croire dans un roman jeunesse, tant le style emprunte au polar :
"Cela manque de sang" songea le commissaire.
La gamine, ou ce qui en restait, gisait sous le porche de cette cour intérieure, dans une flaque de sang trop modeste au regard des plaies infligées. On l'avait transportée ici post mortem, ou mutilée plusieurs heures après le décès. "Quand on n'a pas de tête, il faut avoir des jambes, certes. Mais le problème se situe parfois entre ces deux extrémités", ajouta Léon Markowicz toujours pour lui-même".

La Prochaine fois ce sera toi fait son entrée en fanfare dans le roman noir pour ados. Tout est balisé pour offrir de prochaines enquêtes du même calibre, car les personnages de la Brigade de l'ombre constituent une équipe soudée et suffisamment "border line" que rien n'arrête. Affaires à suivre, donc.

A partir de 13 ans.

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

Après et avant dieu, Octavio Escobar Giraldo

Ed. Actes Sud, novembre 2017, traduit de l'espagnol (Colombie) par Anne Proenza, 224 pages, 19.8 €
Titre original : Despuès et antes de Dios


A partir d'un fait divers réel, l'auteur invente la fuite de la narratrice matricide, pétrie de religion et remplie de désirs coupables.
La narratrice - jamais nommée- est la fille unique d'une grosse famille de la ville de Manizales située au cœur des Andes colombiennes. Avocate et propriétaire d'une agence immobilière, elle vient d'être la victime de l'escroquerie d'un de ses amis, prêtre de son état. Les pertes financières sont très grandes et elle ne peut compter que sur sa mère, figure locale de la bourgeoisie catholique.
Même si, comme sa famille, la narratrice est pétrie de religion, elle n'hésite pas à commettre un matricide pour pouvoir sortir la tête hors de l'eau. Mais Dieu lui pardonnera-t-il son geste criminel ?
"Nous priâmes des heures, murmurant à peine, les yeux fermés, pénétrées. L'e…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …