Accéder au contenu principal

A part ça (14) Le fou rire de Jésus / Je suis mon propre père, François Coupry

Grand West Editions, collection Le K, 258 pages, 21.90 euros.
Postface de Christine Bini
Diptyque

La littérature inspire. Elle est une passerelle, un fil d'Ariane...



Zoom sur le nouvel ouvrage de François Coupry que je ne connaissais alors que de nom et de réputation littéraire.

Vous en faire une chronique serait impossible pour moi, tant ce diptyque est une véritable découverte.
J'ai pris mon temps, j'ai relu des passages, j'ai noté ce que j'aime appeler des "fulgurances", ces petites phrases bien tournées qui vous donnent la sensation de lire "le haut du panier".

La modeste lectrice que je suis a pris une claque fictionnelle, s'est sentie fière quand elle  vu passer le nom de Balbo, car elle savait le rapprocher d'un autre auteur qu'elle apprécie (Châteaureynaud), puis s'est sentie un peu larguée (parfois) quand elle a lu la postface très inspirée de son amie Christine Bini.

Le Fou rire de Jésus fait de Ponce Pilate un homme que la mort a oublié depuis sa rencontre avec Jésus, tandis que Je suis mon propre père met en scène Octavien Hart, jeune homme censé découvrir le meurtrier de son père parmi un groupe de huit personnes, sauf que chacun décrit un personnage que le fils ne connaît pas.

Par contre, je crois avoir compris pourquoi Christine Bini qualifie François Coupry d'"Ogre baroque" de la littérature. De mon côté, mon ouvrage a des pages cornées, symbolique toute personnelle qui prouve que j'ai pris beaucoup de plaisir à cette lecture.

Fulgurances choisies :

"Et il y a un constant bruit d'enfer dans cette actuelle civilisation".

"Quand, comme moi, on a parcouru vingt siècles d'histoire humaine, ce qui n'est rien face aux millions d'années de l'aventure d'un être vivant debout et réfléchissant, on s'aperçoit qu'il n'y a pas de progrès, sinon de vagues et mesquines processions de chenilles dressées".

"J'ai partagé l'intimité du rire de Dieu, et ce fou rire reste la meilleure preuve de son existence, de ma vie avec lui, de notre connivence, en toute éternité".

"Je n'ai pas eu de père, on est seuls tous les deux, toi et moi, maman, seuls, ou alors j'ai eu mille et un pères, de divers âges, n'est-ce pas, et mon père donc n'est pas mort, puisqu'il n'existe pas, puisqu'une multitude ne peut mourir d'un seul coup, n'est-ce pas, maman ?"

Pour le reste, il est temps encore de le lire !

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

Après et avant dieu, Octavio Escobar Giraldo

Ed. Actes Sud, novembre 2017, traduit de l'espagnol (Colombie) par Anne Proenza, 224 pages, 19.8 €
Titre original : Despuès et antes de Dios


A partir d'un fait divers réel, l'auteur invente la fuite de la narratrice matricide, pétrie de religion et remplie de désirs coupables.
La narratrice - jamais nommée- est la fille unique d'une grosse famille de la ville de Manizales située au cœur des Andes colombiennes. Avocate et propriétaire d'une agence immobilière, elle vient d'être la victime de l'escroquerie d'un de ses amis, prêtre de son état. Les pertes financières sont très grandes et elle ne peut compter que sur sa mère, figure locale de la bourgeoisie catholique.
Même si, comme sa famille, la narratrice est pétrie de religion, elle n'hésite pas à commettre un matricide pour pouvoir sortir la tête hors de l'eau. Mais Dieu lui pardonnera-t-il son geste criminel ?
"Nous priâmes des heures, murmurant à peine, les yeux fermés, pénétrées. L'e…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …