Accéder au contenu principal

REGARDS CROISES (22) Personne ne disparaît, Catherine Lacey

Ed. Actes Sud, février 2016, traduit de l'anglais (USA) par Myriam Anderson, 288 pages, 22 euros.
(Titre original : Out of the Blue )

Regards croisés

Un livre, deux lectures. En collaboration avec Christine Bini 



Elyria (Elly) a tout largué : un mari, un appartement cossu, une situation professionnelle confortable, bref une vie rythmée par la routine et l'assurance du lendemain, pour l'aventure et la vie au jour le jour. Et pour être sûre de renouer avec sa vie, elle s'en va aux antipodes de New-York, sur une île, la Nouvelle-Zélande. Là, elle a peut-être un point de chute, se souvenant d'une vague invitation d'un écrivain rencontré à un cocktail, c'est tout.

"J'aimerais quand même bien, certains matins, être le truc qui s'enfuit au loin au lieu d'être cousue à l'intérieur de moi pour toujours".

Elly fuit ses pensées envahissantes, son yack comme elle aime l'appeler pudiquement. Trop d'événements, de douleurs, de stress ont envahi son esprit. Elle veut "rebooter" son existence, passer à autre chose. Certes, elle ne veut pas oublier son passé, mais elle veut en faire une simple composante de sa vie d'avant. Quand elle pense à son époux, il n'est que Mari. Seule sa sœur brillante et défunte, Ruby, se fait toujours appeler par son prénom.

En Nouvelle-Zélande, elle voyage en auto-stop. Pourtant, chaque automobiliste lui rappelle que c'est dangereux, mais peu importe. Chaque rencontre lui permet d'avancer. Bizarrement, Elyria n'est pas une solitaire, elle aime rencontrer des gens, échanger. Elle ressent la nécessité de vivre dans une petite fiction pour se sentir vivante et non être engloutie par sa vie. Elle a en elle cette certitude que ce sont les personnes qui nous font sentir plus humains.
Au fil des pages, elle est de plus en plus dans le dénuement. Mari, lui a bloqué sa carte de crédit. Tant pis, elle ne renonce pas, se raccrochant au fait que son départ était inéluctable :
"Il fallait que je parte, alors je suis partie. C'est tout".

Par un intelligent jeu de flash-back, le lecteur en apprend davantage sur la vie de l'héroïne, son mariage, ses relations avec sa sœur adoptive adorée et choyée qui s'est suicidé. Mari était le prof de Ruby, elle l'a rencontré le soir du drame. A-t-il été un palliatif à la douleur ?
" Je me suis demandé si nous étions qui nous pensions être, si nous étions mariés ou seulement dans une sorte de situation persistante l'une avec l'autre, et je me suis demandé si mon désir de me lever et de le quitter était un désir autochtone, quelque chose à quoi j'avais donné naissance, ou si ce désir était étranger, une dissidence, une manière d'extraction".

Elyria est une promesse d'inconnue. D'ailleurs, elle doit son prénom à une ville de l'Ohio où sa mère n'est jamais allée. Néanmoins, plus elle s'enfonce dans les paysages sauvages néo-zélandais, plus il semble qu'elle perd la raison. Les mêmes pensées reviennent, se mélangent aux souvenirs. Rien n'est plus clair. Elly se sent "un être étant, une personne qui est simplement au lieu d'une personne qui est presque". Au moins ce voyage est la promesse tenue d'une rencontre avec elle-même.

En lisant Personne ne disparaît, on est impressionné par la maîtrise narrative de l'auteur pour un premier roman. La traduction de Myriam Anderson est parfaite tant elle fait corps avec la longueur des phrases et l'état d'esprit de la narratrice. On se laisse emporté par les méandres de la pensée d'Ellyria, de sa difficulté à affronter son quotidien, de son désir de vivre autre chose et de se débarrasser de son yack.
Ce roman est l'incarnation parfaite du Out of the blue, expression imagée pour décrire l'instant clé qui vous pousse à fuir, ce trop plein de tout qui soit vous fait sombrer dans la dépression, soit vous pousse à changer radicalement de vie.

Lire l’article de Christine Bini

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …