Accéder au contenu principal

La Carrière du Mal, Robert Galbraight

Ed. Grasset, avril 2016, traduit de l'anglais (GB) par Florianne Vidal, 608 pages, 21.50 euros.
( Titre original : Career of Evil )*

Et plus si affinités


Cormoran Strike et sa secrétaire Robin Ellacott n'ont pas à se plaindre : après avoir résolu deux enquêtes particulièrement pénibles (Lire L'Appel du coucou et  Le Ver à soie ) leur agence de détective a acquis une réputation sérieuse. Cependant, il suffit d'un faux pas ou d'une rumeur pour que tout s'écroule...
Un matin, au bureau, Robin ouvre un colis qui lui est destiné. Il n'y a pas de stress particulier de sa part puisqu'elle est dans les préparatifs de son mariage avec Matthew et attend des commandes. Sauf que le contenu est loin d'être agréable : il s'agit d'une jambe tranchée.

C'est le début d'une enquête dans le monde mal connu des acrotomophiles (sexuellement attirés par les parties amputées) et les apotemnophiles (trouble neurologique; la personne qui en souffre rêve d'être amputée), mais surtout le prétexte pour une plongée dans les passé douloureux de Robin et Cormoran. Ce sont deux êtres abîmés par la vie qui se cachent sous une carapace, mais les événements raniment les souvenirs :
"C'était comme si sa faculté d'aimer s'était émoussée, comme si on l'avait privé d'une partie de sa sensibilité (...). Et pourtant, il ne ressentait plus vraiment la douleur d'autrui".
Pour couronner le tout, Strike est unijambiste et son handicap lui vaut parfois de bien étranges courriers. Et si le colis avait un lien avec son passé ?

Non seulement Strike doit jouer avec les humeurs de la police chargée de l'enquête, mais il doit aussi "gérer" les prises de risque de Robin. Assistante ? Secrétaire ? Amitié et plus si affinités ? Il voit d'un mauvais œil le futur mariage ; il ne porte pas Matthew dans son cœur et ce dernier prend, semble-t-il, un malin plaisir à rabaisser sa fiancée. Mais à y regarder de plus près, il n'est pas  un modèle de stabilité affective : une relation amoureuse houleuse avec Charlotte, puis une histoire, ou plutôt une suite de rendez-vous avec la très riche Elin. Et même s'il s'ennuie, et même si Elin ne lui manque pas, il ne rompt pas.

La Carrière du Mal reste un polar de bonne facture, et pour ce troisième tome, Robert Galbraith (J.K. Rowling) s'offre même le plaisir de plonger dans les pensées de son assassin. N'empêche, on a l'impression constante que l'essentiel n'est pas là. L'enquête est un prétexte. Strike et Robin sont "à la croisée des chemins". L'heure de faire des choix (et les bons) a sonné. L'auteur  fissure les armures de ses personnages et raconte leur passé, tout en ne mettant jamais de côté les priorités de l'enquête, car il met en perspective leurs comportements, leurs doutes, leurs fuites. Ces deux-là ne peuvent pas faire l'un sans l'autre mais restent flous quant à leurs véritables intentions.
En tout cas, ce dernier roman confirme les talents de l'écrivain : le suspens est au rendez-vous, les héros sont tourmentés et l'intrigue captivante.

* Career of Evil est une chanson du groupe Blue Oyster Cult, dont les titres des chansons ou paroles sont en épigraphe de chaque chapitre. Patti Smith a écrit quelques chansons pour ce groupe.

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

Après et avant dieu, Octavio Escobar Giraldo

Ed. Actes Sud, novembre 2017, traduit de l'espagnol (Colombie) par Anne Proenza, 224 pages, 19.8 €
Titre original : Despuès et antes de Dios


A partir d'un fait divers réel, l'auteur invente la fuite de la narratrice matricide, pétrie de religion et remplie de désirs coupables.
La narratrice - jamais nommée- est la fille unique d'une grosse famille de la ville de Manizales située au cœur des Andes colombiennes. Avocate et propriétaire d'une agence immobilière, elle vient d'être la victime de l'escroquerie d'un de ses amis, prêtre de son état. Les pertes financières sont très grandes et elle ne peut compter que sur sa mère, figure locale de la bourgeoisie catholique.
Même si, comme sa famille, la narratrice est pétrie de religion, elle n'hésite pas à commettre un matricide pour pouvoir sortir la tête hors de l'eau. Mais Dieu lui pardonnera-t-il son geste criminel ?
"Nous priâmes des heures, murmurant à peine, les yeux fermés, pénétrées. L'e…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …