Ballade pour Leroy, Willy Vlautin

Ed. Albin Michel, collection Terres D'Amérique, traduit de l'anglais (USA) par Hélène Fournier, février 2016, 304 pages, 22 euros.
Titre original : The Free 

Les oubliés du rêve américain


 Quand Leroy Kervin s'est engagé dans la National Guard, c'était sur le conseil de son patron qui lui avait indiqué que son patriotisme lui permettrait d'arrondir ses fins de mois. Seulement, il y a eu la guerre en Irak, sa mobilisation, et son retour blessé et infirme à la maison :
"Il ne savait plus ni parler ni marcher. La vie qu'il avait connue n'existait plus. Ce Leroy Kervin-là n'existait plus.
Le nouveau Leroy Kervin ne reconnaissait pas les gens qu'il venait à peine de rencontrer. Aussitôt il s'agitait et broyait du noir. Frustré, il jetait ce qu'il avait sous la main avant de fondre en larmes. Il lui fallut des mois pour réapprendre à marcher, des mois avant de pouvoir tenir à nouveau une fourchette, et il avait toujours du mal à parler et à gérer ses émotions. Il n'y eut pas de guérison miraculeuse pour le nouveau Leroy Kervin".
Parce qu'il ne se sent pas capable d'accepter son nouvel état, Leroy décide de se suicider, mais se manque. Dans le coma, il plonge dans un monde étrange où des groupes en tenue para-militaire, les "Hommes Libres" (The Free, titre original) font la chasse à tous ceux qui sont porteurs d'une mystérieuse marque qui s'étend sur le corps.

Pendant que Leroy tente de sauver sa vie dans son monde parallèle, la vie continue autour de lui. Sa mère Darla s'entête à lui lire les romans de science-fiction dont il raffole depuis toujours tout en se promettant d'annoncer à Jeanette, la petite amie de Kevin, son geste désespéré. Pauline, l'infirmière, a mis sa vie affective de côté depuis qu'elle est la tutrice de son père. Son travail lui fait rencontrer Jo, jeune marginale de quatorze ans, pour qui elle se prend d'affection. Enfin, Freddie, le gardien de nuit, cumule deux emplois pour espérer payer les factures médicales de la plus jeune de ses deux filles. La précarité, le départ de son épouse avec leurs enfants, le pousse à accepter un bien étrange marché.

"La douleur semblait suspendre le temps. Attendait-il depuis des minutes, des heures, des jours ou des semaines ? C'était trop difficile à supporter et il en avait vraiment assez de souffrir. Alors il décida de l'abandonner, d'emmener son esprit le plus loin possible. Il allait se perdre en lui-même. Disparaître de la scène du monde".
Les personnages sont libres en apparence, mais en apparence seulement. Ils s'accrochent à la vie alors que cette vie ne leur fait pas de cadeau. La noirceur du quotidien fait contrepoids à leur bonté d'âme. Darla, Pauline, Freddie sont bienveillants car ils tentent de soigner ceux qui leur sont chers alors qu'ils sont eux-même blessés par la vie.
Le rêve comateux de Leroy est une immense métaphore sur l'Amérique d'aujourd'hui, confrontée à un regain patriotique d'une partie de la population.

Ballade pour Leroy est rempli de chagrin, de douleur, mais déborde d'amour. Les personnages de Willy Vautlin sont des individus ordinaires confrontés à une société violente qui broie ceux qui sont en marge. On est en plein réalisme social, servi par une prose simple qui va droit au cœur, et le lecteur suit avec une attention croissante les destins de ces anti-héros que la traduction claire et élégante d'Hélène Fournier  rend héroïques.

Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat