Accéder au contenu principal

Pour la peau, Emmanuelle Richard

Ed. de L'Olivier, janvier 2016, 224 pages, 18 euros.

"A quel moment suis-je tombée ?" se demande Emma, après sa rupture avec E. Quand est arrivé ce passage de l'indifférence à l'intérêt, puis du désir au sentiment amoureux ?
 La narratrice écrit pour ne pas sombrer, pour transformer son amour "en motifs" afin de pouvoir accepter la rupture. Elle n'épargne rien au lecteur, que ce soit son inscription sur des sites de rencontre pour assouvir ce qu'elle croyait être une "grande faim sexuelle", ou la répulsion qu'elle aurait pu avoir pour E., cet homme de vingt ans plus vieux qu'elle, à "la voix pathologique", au "teint gris" à force d'abus d'alcool et de drogues.
Elle explique au contraire "les multiples déflagrations du désir" pour cet individu qui n'est pas son genre. Scènes crues, souvenirs genre "boule à neige en plein été", elle raconte son histoire d'amour :
"Bout portant. Vivre dans l'état de désir permanent est une sorte d'enfer. Hors l'accomplissement du désir le reste du temps vécu n'est qu'attente. Frustration. Attente."

Emma et E. sombrent dans "l'hystérie du quotidien" décrite dans L'Infinie comédie de Wallace. Elle incarne pour lui l'épaule sur laquelle il peut se reposer après ses excès. Mais, attiré par tout ce qui lui fait du mal, E. retourne vers son ex, laissant une Emma démunie et en manque de celui qu'elle a appris à aimer :
"C'était un homme qui tombait puis qui tendait les bras vers vous de part et d'autre de votre cou pour vous envelopper dans sa terrorisante douceur quand vous le rejetiez".

Elle veut du quotidien, de la stabilité. Lui doit se battre contre trop de démons à la fois pour lui garantir cela. Au moins lui a-t-il renvoyé une autre image d'elle-même, la sensation qu'elle a  au moins été aimée pour sa personne et non pour son image. Maigre consolation.

A coups de chapitres courts, Pour la peau est le récit d'une passion amoureuse, rempli de fulgurances littéraires et de moments de grâce, tant les mots sont précis dans l'expression des sentiments. Emma a choisi l'écriture pour guérir de cet amour en expliquant sa douleur. Elle pose des questions, tente de se rappeler ou de comprendre les signes avant coureurs de la fin. "Nous est-il arrivé de nous regarder sans désir ?" se demande-t-elle.
La littérature devient alors un baume apaisant.

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

Après et avant dieu, Octavio Escobar Giraldo

Ed. Actes Sud, novembre 2017, traduit de l'espagnol (Colombie) par Anne Proenza, 224 pages, 19.8 €
Titre original : Despuès et antes de Dios


A partir d'un fait divers réel, l'auteur invente la fuite de la narratrice matricide, pétrie de religion et remplie de désirs coupables.
La narratrice - jamais nommée- est la fille unique d'une grosse famille de la ville de Manizales située au cœur des Andes colombiennes. Avocate et propriétaire d'une agence immobilière, elle vient d'être la victime de l'escroquerie d'un de ses amis, prêtre de son état. Les pertes financières sont très grandes et elle ne peut compter que sur sa mère, figure locale de la bourgeoisie catholique.
Même si, comme sa famille, la narratrice est pétrie de religion, elle n'hésite pas à commettre un matricide pour pouvoir sortir la tête hors de l'eau. Mais Dieu lui pardonnera-t-il son geste criminel ?
"Nous priâmes des heures, murmurant à peine, les yeux fermés, pénétrées. L'e…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …