Accéder au contenu principal

Les Délices de Tokyo, Durian Sukegawa

Ed. Albin Michel, février 2016, traduit du japonais par Myriam Dartois-Ako, 240 pages, 17.50 euros.

Transmission


Afin que l'échoppe, dont il est le gérant, devienne un rendez-vous incontournable pour y manger de bonnes pâtisseries, il faudrait y proposer une préparation artisanale et non industrielle, se dit Sentarô. Sauf qu'il n'en a ni le temps, ni l'envie. Préparer et travailler la pâte de an (haricots rouges) qui donnera du goût aux doriyakis, réclame patience et savoir-faire, deux qualités que ne possèdent pas ce cuisinier.

Depuis quelques temps, une vieille femme se poste quotidiennement devant la boutique. Elle y observe l'unique cerisier en fleurs de la rue, ou semble fixer Sentarô en train de travailler. Lorsque le commerçant met une annonce pour embaucher, cette dernière pose sa candidature. Sentarô est incrédule : son âge et ses mains infirmes ne seront-ils pas préjudiciables au commerce ? Or, l'aïeule  semble connaître le secret d'une bonne préparation de dorayakis. Convaincu qu'elle peut l'aider à relancer les affaires, il l'emploie.
Tokue est une vieille femme plaisante qui adore transmettre son savoir faire. Néanmoins, elle reste vague sur son passé et sur le fait que ses mains sont si abîmées. Depuis son arrivée, les clients affluent pour goûter ses doriyakis. Elle ne compte pas ses heures et réclame peu, comme si son travail était une source de liberté d'autant qu'il lui permet de rencontrer des jeunes gens, notamment Wakana, avec qui elle ne se lasse pas de bavarder.

Tout est trop beau. Un jour, l'affluence se tarit. La boutique de Sentarô est victime d'une rumeur. Le handicap de Tokue serait dû à la maladie de Hansen, plus connue sous le nom de lèpre. Ce mot suffit à affoler tout le monde et à véhiculer des horreurs. Tokue préfère se réfugier au sanatorium de Tenshoên, là où elle a toujours vécu. Mais elle fait désormais partie de la vie de Sentâro et Wakana
"Voilà pourquoi j'ai essayé d'être à l'écoute. Je crois que l'homme est un être vivant doué de cette force. Et de temps en temps j'ai entendu".
 
La maladie, le rejet, la guérison ont fait de Tokue une âme exemplaire. Par l'écoute et l'attention, elle
a éloigné d'elle tout ce qui pouvait lui nuire. Comme les deux jeunes gens ont décidé de lui rendre visite au sanatorium, elle décide de leur transmettre ses doux secrets culinaires avant de s'éteindre.

Ce roman japonais, traduit par Myriam Dartois-Ako ,valeur sûre de la traduction nipponne, souligne une nouvelle fois à quel point la littérature asiatique a le don de transformer une situation quotidienne en moment de grâce. Car Les délices de Tokyo n'est pas qu'une histoire de restauration, c'est aussi une leçon de vie et d'amitié qui rappelle un épisode sombre de l'histoire japonaise. La cuisine favorise la transmission des valeurs et le temps qui s'écoule se matérialise par la floraison du cerisier, ce qui nous vaut de merveilleuses pages empreintes de poésie.

Les Délices de Tokyo a été adapté au cinéma par Naomi Kawase en 2015.

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Si un inconnu vous aborde, Laura Kasischke

Dans ce recueil de textes courts, Laura Kasischke déploie tout son talent déjà apprécié dans ses romans : celui de mettre en place le malaise, de suggérer l'indicible sans le confirmer, bref d'emballer notre imagination...
Méfions-nous ! Tout ce qui paraît à première vue normal ne l'est peut-être pas ! La normalité n'est qu'un miroir sans teint qui cache de douloureux secrets ou des comportements "border line".
Dans un Midwest englué de chaleur ou gelé, Laura Kasischke rentre dans l'intimité de personnes dont la vie va basculer. Ces gens pourraient être vous ou moi, et c'est ce qui rend ces nouvelles familières pour le lecteur.

« Ici, pas besoin de rappeler aux gens de s’occuper de leurs affaires. On pouvait bien agoniser sur la pelouse, ils étaient du genre à tirer poliment les rideaux pour ne pas nous offusquer en remarquant quoi que ce soit. C’était le genre de banlieue où, tous les dix ans environ, se produisait quelque chose d’abominable. Déco…