Accéder au contenu principal

Consumés, David Cronenberg

Ed. Gallimard, janvier 2016, traduit de l'anglais (USA) par Clélia Laventure, 384 pages, 21 euros.

Les lecteurs qui connaissent et apprécient la filmographie de David Cronenberg ne seront pas déçus. Consumés est un condensé des obsessions et des visions de l'auteur relayées de film en film. Tout y est : vision du corps martyrisé, mutilé ou dégradé, ambiance malsaine, sexualité déviante, le tout baignant dans un univers high-tech au service de l'assouvissement des névroses.

Mais Consumés est aussi un roman qu'on peut qualifier de policier, même si les protagonistes mènent une enquête en rien officielle. Le duo amis/amants Nathan et Naomi parcourt le monde à la recherche de sujets trash qui leur fourniront de la matière pour vendre leurs articles à sensation. De passage à Paris, Naomi s'intéresse au meurtre de Célestine Arosteguy, qui, avec son époux Aristide, formait un couple de philosophes en vue. La victime a été tuée et son corps a été découpé en morceaux et consommé.
Dans le même temps, Nathan est à Toronto, auprès du Docteur Roiphe, découvreur de la maladie vénérienne qui porte son nom et que Nathan a contractée, suite à une relation sexuelle avec une cliente atteinte d'un cancer en phase terminale.
Nathan et Naomi ne perdent jamais le contact. Cronenberg n'hésite d'ailleurs pas à refaire, dans chaque chapitre, l'inventaire des outils technologiques derniers cris en leur possession pour communiquer ou prendre des photos en gros plan de meilleure qualité. A force, on pourrait même penser que les reporters forment les candidats idéals pour une pub Apple...

Après avoir compilé les informations trouvées sur le net et celles glanées ça et là par des proches du couple Arosteguy, Naomi s'envole vers le Japon où se cache un Aristide soupçonné du meurtre de sa femme. Là, elle va côtoyer un homme que certains diront fou, d'autres brillant, capable de l'extrême au nom de l'amour et obsédé par un livre de Roiphe intitulé Consumés : de curieux antécédents médicaux.
Ainsi, alors qu'ils sont sur deux continents différents, leurs investigations se rejoignent, surtout quand Nathan découvre que la fille de Roiphe, Chase, a bien connu les Arosteguy ...

Dans Consumés, on ne fait pas l'amour, mais on baise, car l'acte sexuel est un moyen, jamais une fin. Le spectre de l'apotemnophilie (désir d'amputation) n'est jamais bien loin, et il est relié à l'obsession de la vieillesse. Alors que la première moitié du roman propose une intrigue certes linéaire, mais bien menée, la seconde moitié du récit pâtit d'exagérations qui mettent à mal la cohérence et la vraisemblance de l'intrigue. L'influence d'un film nord-coréen à propos de la culture des insectes sur la névrose de Célestine Arosteguy est tirée par les cheveux. Cronenberg explore des pistes très intéressantes qui sont ensuite abandonnées au profit du glauque et du malsain.
Premier roman du cinéaste, on retrouve tout ce qui fait son univers : sexe, meurtre, et autres déviances, ainsi que la passion dévorante pour les dernières technologies numériques. Finalement, l'écriture lui permet de prendre des libertés difficiles à montrer au cinéma, mais n'apporte rien de bien nouveau lorsqu'on connaît l'univers de l'auteur.

A noter, la traduction de qualité de Clélia Laventure qui rend facilement lisible et digeste un récit qui s'éparpille parfois.

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …