Golem, Pierre Assouline

Ed. Gallimard, janvier 2016, 272 pages, 19 euros.

En quête de


Psaume 139 16 :
"Quand je n'étais qu'une masse informe, tes yeux me voyaient ; 
Et sur ton livre étaient toujours inscrits
Les jours qui m'étaient destinés
Avant qu'aucun d'eux existât".

Gustave Meyer fuit. Grand maître échiquier international, il est soupçonné d'avoir tué son épouse, morte dans un accident de voiture étrange. Il est innocent, mais préfère s'évanouir dans la nature, plutôt que d'affronter la police :
" Il entrait dans sa nouvelle peau. Une sorte de clandestinité sans plus aucun papier. Il saurait faire face tout en restant de profil afin de ne pas faciliter l'identification".

Son épouse Marie tenait un blog pharmaceutique influent, régulièrement mis à jour, dans lequel elle n'hésitait pas à mettre en ligne des articles au vitriol sur les pratiques du milieu médical. En s'y intéressant, Meyer remonte une piste, celle de son ami et neurologue Klapman, qui l'a opéré il y a peu au cerveau afin d'atténuer ses crises d'épilepsie. Il s'est toujours demandé ce que renfermait son dossier médical barré d'un immense G sur la couverture. Maintenant qu'il est devenu une ombre, il réussit à atteindre les archives de l'hôpital, et découvre une vérité personnelle sans mesure : Meyer est un cobaye malgré lui, un prototype d'intelligence avancée grâce à une puce intégrée dans le lobe. Il ne se sent plus un homme mais un golem, cette créature mythique ayant dominé l'imaginaire occidental, "et qui interroge sans cesse l'homme en l'homme". Il devient l'incarnation d'un être inachevé, un monstre aux yeux de la société. Le G n'est-il pas à la fois l'initiale de Gustave et  de Golem?

Afin de brouiller les pistes , mais surtout afin de trouver la vérité sur ce qui lui a été implanté, Meyer décide de voyager au cœur de l'Europe, sur les traces de ses ancêtres, tout en compilant le maximum d'informations sur le mythe du Golem.
"Lui qui se demandait comment devenir autre tout en restant soi-même, il voulait être sans effet sur le monde : puisqu'il ne peut rien pour moi je ne peux rien pour lui. Trouver la bonne distance entre lui et la société eût été le début de la sagesse. Sauf qu'une vie n'y suffirait pas".
Klapman l'a trahi, faisant de lui un modèle unique à l'intelligence augmentée, créature au service de l'orgueil de l'homme flirtant avec la folie. Pourtant Meyer compte bien prouver que son cas  - une singularité selon les scientifiques - ouvre un monde sans limites où l'on a déplacé "la ligne séparant le normal du pathologique".
Peu à peu, le roman bifurque du roman policier vers une quête existentielle : Meyer se déplace "pour se libérer de ses obsessions en les affrontant". La traque policière devient secondaire, si bien que le commandant de police Nina Rocher, assistée de la fille de Gustave, Emma, font bien pâle figure. L'itinéraire du maître international suit une logique d'échiquier : les villes sont des figurines et les villages des pions. Chaque rencontre, chaque information glanée sur le Golem permet à Meyer de considérer davantage son voyage comme une transhumance et non une fuite. Mais à force de sentir trop de golems en lui, ne va-t-il pas devenir fou ?

Golem est une quête, non un polar. L'enquête sert de colonne vertébrale à un récit qui emmène le lecteur vers le mythe, le religieux et le judaïsme. Gustave Meyer comprend très vite qu'il est un être à part depuis son opération, et s'évertue à croire qu'il est une incarnation moderne du golem, cet être un peu bâtard, mi-monstre mi être humain, impossible à classifier.
A force, la fuite de Meyer ressemble à une fuite vers l'absolu, comme un désir inextinguible de foncer tout droit dans la toile d'une œuvre de Rothko, peintre fascinant pour notre héros.
Les amoureux du genre policier seront déçus, car en plus la quatrième de couverture le "vend" ainsi. La traque annoncée n'est qu'un prétexte : Gustave Meyer est un être golemisé qui cherche un véritable sens à son existence.

Rotko à la Tate Modern Londres,  image The Télegraph


Quatrième de couverture :
"Soupçonné du meurtre de son ex-femme, décédée dans un mystérieux accident de voiture, Gustave Meyer, grand maître international d'échecs, voit soudain sa vie basculer. En un instant, ce solitaire devient un fugitif partout recherché.
Dissimulé sous une autre identité, isolé des siens, il est rattrapé par ses failles : l’étrange opération chirurgicale qu’il a subie à son insu et qui l’a «golémisé» en décuplant ses facultés mentales ; la relation ambiguë qu’il entretient avec l’ami qui l’a opéré ; le sentiment diffus de ne plus s’appartenir et de devenir un monstre au regard de la société.
Une clé lui manque, qu’il part chercher en errant au cœur de la vieille Europe, deux femmes à ses trousses : Emma, sa propre fille, qui essaie de l’aider, et Nina, chargée de l’enquête policière.
Meyer y parviendra-t-il à temps? Sera-t-il assez solide pour faire face à la vérité qu’il va découvrir?"

Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat