Le livre des choses étranges et nouvelles, Michel Faber

Ed. De L'Olivier, octobre 2015, traduit de l’anglais (GB) par Matthieu Dumont et Arthur Lochmann, 621 pages, 23.50 euros.

Trop loin de mon cœur


Peter Leigh revient de loin. Toxicomane et drogué, sans domicile fixe, il doit son salut à une infirmière qui a pris soin de lui alors qu'il était soigné pour une double fracture des chevilles. Depuis, il partage sa vie avec cet ange gardien, Beatrice, et c'est tout naturellement qu'il est devenu pasteur, et un modèle pour bon nombre de ses fidèles.

Or, depuis quelques temps, l'USIC (acronyme), multinationale prospère et largement influente, recrute pour envoyer des hommes et des femmes vers Oasis, une planète colonisée, située à quelques années-lumière de la Terre. Parmi les profils recherchés se trouve un pasteur, et Peter pense qu'il doit saisir cette opportunité à la fois gratifiante et exaltante. Sur Oasis, sa mission consistera à évangéliser la population locale, car le prêtre en place, un certain Kurtzberg, a mystérieusement disparu.
Bea soutient le projet de son mari, tout en sachant qu'elle vivra désormais seule pendant quelques temps, ayant pour toute compagnie leur chat Joshua, et la routine d'un emploi d'infirmière dans un hôpital de Province en Grande-Bretagne. Couple fusionnel, Peter et Béa vont faire l'apprentissage de la distance et de l'absence, mais tous deux sont persuadés que l'amour de Dieu et la prière leur seront d'une grande aide.

Sur Oasis, Peter découvre un nouveau rythme de vie. La base terrienne est peuplée de volontaires, tous qualifiés en leur domaine, mais peu enclins aux relations amicales ou amoureuses. Tout semble aseptisé et, surtout, personne n'est là pour répondre aux questions qu'il se pose. Il comble ses journées en envoyant des courriers à sa femme, via le shoot interplanétaire ...
Heureusement, sa rencontre avec les créatures locales va tout chambouler. La colonie est physiquement dépendante des Oasiens, car ils leur fournissent les denrées indispensables à leur survie en échange de caisses de médicaments. Ces petits êtres, qui cachent leurs membres avec des gants et leur visage avec un capuchon, attendaient depuis longtemps la venue de Peter. Il incarne pour eux le Messie, et sont heureux d'entendre la Bible que les Oasiens appellent le Livre des choses étranges et nouvelles.
Ses séjours auprès des Oasiens vont lui permettre de s'éloigner du confinement de la base. Auprès d'eux, Peter se sent revivre ; il se sent important, essentiel. Sa mission prend tout son sens. Cependant, en contrepartie, il s'éloigne de Bea, alors qu'elle vit une situation inédite sur la planète Bleue, puisque tout le système se délite. Ses messages sont de plus en plus alarmants, elle perd sa foi en toutes choses,  alors que lui a l'impression de vivre une expérience exceptionnelle.
"Qu'il s'agisse d'un corps humain, de la foi chrétienne ou de la vie en général, il y a une sorte de seuil de dégradation au-delà duquel on ne peut plus rien faire."
Dès lors, Peter est tiraillé entre sa foi et son amour pour Beatrice, et ce à des années-lumière de son foyer et de ses souvenirs.
"Voilà. C'est exactement ça qu'on doit faire. Essayer d'entretenir nos souvenirs, ne pas les laisser mourir."

Le livre des choses étranges et nouvelles utilise les ficelles de la science-fiction pour traiter de sujets très contemporains. De plus, en filigrane, un second roman, plus intimiste, apparaît et pose la question de la survie de l'amour malgré l'éloignement. Alors que la prière transporte et apaise Peter, Beatrice, qui vit des heures terribles dans un pays qui se désagrège, s'en éloigne inéluctablement. Elle écrit à Peter:
"Mais où est Dieu dans tout ça ? (...) Je n'arrive jamais à comprendre pourquoi les gens se bloquent là-dessus. La seule vraie question qui se pose à ceux qui assistent de loin à une tragédie comme celle-là, c'est 'où sommes-nous dans tout ça?' "
Le lien entre les époux est préservé via une messagerie intergalactique qui s'avère finalement aussi désincarnée que les prières que Peter adresse à son Dieu pour aider Béa.
Peter est un personnage principal fort complexe. Son empathie pour ce qui se passe sur Terre n'a d'égal que son exaltation à construire une église dans le village Oasien. "Le vertige du manque total de repères" transforme le mari en un pasteur incapable désormais de différencier la vie de la religion. Va-t-il finir comme Kurtzberg, son prédécesseur ( y a-t-il une référence à  un certain Kurtz?) que le poids de son influence sur la communauté autochtone a rendu fou?

Finalement, Michel Faber raconte une histoire d'amour qui se délite, une société qui se désagrège inexorablement, un projet fou de colonisation sur une planète lointaine, tout en proposant une réflexion philosophique sur la religion et le couple. Le livre des choses étranges et nouvelles est un roman fleuve passionnant de plus de six cents pages servie par une traduction à quatre mains fluide et élégante.

Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat