Accéder au contenu principal

7 romans, Tristan Garcia

Ed. Gallimard, août 2015, 576 pages, 22 euros.

"Tout passe et tout revient, mais moi je me souviens."


Mornay et alentours, le long de la rivière Hombre, est un univers fictionnel foisonnant. C'est dans ce lieu imaginaire que Tristan Garcia y puise son inspiration et y fait évoluer ses personnages. En 2011, Faber y avait grandi; en 2015, les narrateurs multiples y vivent, y séjournent ou y sont de passage.
Car 7 n'est pas un roman unique de plus de cinq cents pages. C'est un ensemble de six romans, tous reliés entre eux par le septième. Pourtant, on ne peut pas à proprement parler de roman choral, quoique...
"Homme d’extérieur, piéton de civilisations miniatures, j’observe des mondes à longueur de journées; je me faufile dans des dizaines de romans concrets que se racontent les gens d'ici, pour se distinguer." Tel est le portrait qu'on pourrait faire de ces narrateurs, à la fois multiples et unique, qui gravitent dans un monde réel pour eux mais dont ils sentent trop les limites, "une plasticité lente et engluante qui n'était pas déformable autant qu'on le souhaiterait."

7 romans, 7 vies, 7 particularités qui ont finalement des points communs, qui se recoupent, car chaque existence est une spirale , un morceau de bois aux sillons uniques. Tristan Garcia présente à la fois le "Mystère" (c'est à dire la vie extraordinaire) et la "Prose" (identifié à la vie ordinaire):
"La Prose est ouverte et vraie, elle est ce qu'elle est; le Mystère est caché, il contient du faux et il est accessible par des chemins détournés sur lesquels on prend des risques de le perdre ou de se perdre."
Au lecteur de trouver son fil d'Ariane personnel, de faire les recoupements, de privilégier un récit par rapport à l'autre.On plonge, au fil des pages, dans "une miniature abyssale" de nombreuses existences du narrateur. Et ce qui est prodigieux, c'est qu'il se sert de la littérature, "des mots après les autres", pour fixer métaphoriquement ses souvenirs.

Alors, on tente avec jubilation de trouver un modèle narratif semblable, de fixer une référence analogue, bref de trouver un modèle fictionnel sur lequel Tristan Garcia aurait pu s'inspirer. Force est de constater que le modèle est original, innovant et captivant. 7 est un roman sur le temps qui passe, la mort, la vieillesse, mais aussi sur les choix politiques, religieux ou personnels.

"L'univers était amnésique et il n'y avait aucune perspective de progrès. Voilà la vérité."
Dans ces univers fictionnels changeants, seul l'être humain, l'homo faber, reste le même. C'est à lui de tisser son existence et son destin pour laisser une trace à ceux qui lui succèderont. Seulement, comment faire quand la réalité qui vous entoure ne vous voit pas vraiment? Soit vous êtes condamné à être trop beau (Sanguine), soit vous ne comprenait plus le monde dans lequel vous vieillissez (La révolution permanente),soit, pour vous sauver, vous ne faites plus confiance qu'à votre passé (Hélicéenne).
Chacun des personnages se bat avec ce concept pour finalement se résoudre à l'évidence que leur monde semble immuable. La révolte ne sert à rien, la quête de compréhension non plus.

7 est un roman multiple foisonnant, superbement construit; c'est un bijou de fiction dont des éléments de réponses se trouvent dans La septième, et qui contient une excellente définition de la construction d'un roman:
"Je déplaçais, je condensais, je retournais les événements, puis je lissais le tout, comme une longue fresque, une tapisserie brodée, avec le fil de mon souvenir, tressé de fiction. A la fin, il restait tout de même l'essentiel de la réalité, de tout ce qui m'était arrivé, je vous l'assure, pour de vrai, mais crypté avec méticulosité (...) Devenu livre, le souvenir me laissait en paix (...) et moi je pouvais redevenir quelqu'un comme vous, puisque, puisque tout ce que j'avais en moi d’extraordinaire était passé dans la littérature."

Le roman est une réalité cryptée, 7 en est la démonstration.

Un grand moment de lecture à ne pas manquer.

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

Après et avant dieu, Octavio Escobar Giraldo

Ed. Actes Sud, novembre 2017, traduit de l'espagnol (Colombie) par Anne Proenza, 224 pages, 19.8 €
Titre original : Despuès et antes de Dios


A partir d'un fait divers réel, l'auteur invente la fuite de la narratrice matricide, pétrie de religion et remplie de désirs coupables.
La narratrice - jamais nommée- est la fille unique d'une grosse famille de la ville de Manizales située au cœur des Andes colombiennes. Avocate et propriétaire d'une agence immobilière, elle vient d'être la victime de l'escroquerie d'un de ses amis, prêtre de son état. Les pertes financières sont très grandes et elle ne peut compter que sur sa mère, figure locale de la bourgeoisie catholique.
Même si, comme sa famille, la narratrice est pétrie de religion, elle n'hésite pas à commettre un matricide pour pouvoir sortir la tête hors de l'eau. Mais Dieu lui pardonnera-t-il son geste criminel ?
"Nous priâmes des heures, murmurant à peine, les yeux fermés, pénétrées. L'e…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …