Le diable chuchotait, Miyabe Miyuki

Ed. Philippe Picquier poche, collection l'Asie en noir, mai 2015, traduit du japonais par Myriam Dartois-Ako, 372 pages, 10 euros.

"Tokyo est sous le brouillard ce soir encore."


Que se passe-t-il donc dans la tête de ces passantes qui, d'un seul coup, se mettent à courir comme si elles étaient poursuivies par le diable?
L'oncle de Mamoru, Taizo, a renversé une jeune femme avec son taxi, alors qu'il traversait un quartier désert. Cette dernière, avant de surgir devant le capot de son véhicule, semblait fuir un danger, et ne portait pas attention à ce qui se passait autour d'elle.

Pendant que son oncle est en prison pendant la durée de l'enquête, Mamoru, aidé de sa cousine Maki, décide de comprendre les faits. Depuis quelques temps, dans les entrefilets de journaux, des faits divers étranges sont relatés, dont le point commun est le décès de femmes apparemment sans soucis particuliers.
 "A partir d'articles de journaux concis et objectifs, il est important de saisir toute l'étendue du choc subi par les protagonistes d'un incident ou d'un accident et par les personnages qui y ont assisté. Même si le lecteur peut apprendre ce qui s'est produit à un endroit, il ne saura jamais ce qui en subsiste."
 En remontant les diverses pistes, le jeune homme leur trouve un point commun assez glauque: l'appartenance à un réseau de filles faciles dont le but est de soutirer le maximum d'argent à leurs proies...

Dans le même temps, le passé de Mamoru ressurgit. Adopté par son oncle et sa tante après le décès soudain de sa mère, il n'a jamais cru à la disparition voulue de son père, accusé de fraude fiscale de grande envergure. Du jour au lendemain, il n'a plus donner aucun signe de vie. Quels étaient ses rapports avec la Kôkoku academy dont les publicités diffusées dans les magasins sont remplies d'images subliminales? Ne serait-ce pas ce procédé qui serait à l'origine du comportement étrange de ces jeunes femmes qui semblent hypnotisées?

A travers cette enquête, le jeune homme va mûrir, trouver des réponses à des question en suspens, mais surtout va pouvoir approcher toute la noirceur et l'esprit retors de l'âme humaine.
"Mamoru, parfois, se demandait si le cœur des hommes n'avait pas la forme de deux mains aux doigts entrelacés. Les mêmes doigts de la main droite et de la main gauche, disposés alternativement. De la même façon, deux sentiments contradictoire se dressent dos à dos, mais, dans un cas comme dans l'autre, il s'agit de nos propres doigts."

Le diable chuchotait est un polar étrange, rempli de fausse pistes et de personnages aux faces cachées. L'auteur utilise les méandres de l'esprit pour construire une intrigue alambiquée aux diverses directions qui se rejoignent au dernier tiers pour mener le lecteur vers un seul et unique personnage. De ce fait, la construction narrative est exigeante, mais souffre à la fin d'un épilogue poussif.
Dès lors, on ressort de cette lecture avec le sentiment d'avoir lu un polar étrange, aux multiples facettes, et parfois déconcertant.

Dépaysement garanti!

Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat