Trois fois dès l'aube, Alessandro Baricco

Ed. Gallimard, collection Du Monde Entier, février 2015, traduit de l'italien par Lise Caillat, 128 pages, 13.5 euros.

A l'heure où blanchit la campagne...


Homère l'appelait l'aurore aux doigts de rose, ce moment suspendu où la lumière paraît, unique, vierge d'une nouvelle journée qui s'annonce, promesse d'un renouveau.
Justement, c'est ce qui lie ces trois paires de personnages, le désir d'un recommencement. Après avoir grandis et vécus dans la pénombre causée par les tragédies de la vie, ils rêvent d'autre chose, d'autres cieux, d'autres gens à rencontrer.
"Changer de cartes est impossible, on ne peut changer que de table de jeu."
Rayer notre passé est en effet impossible. On vit avec, il est ancré en nous, et même les plus puissants psychotropes ne pourraient les effacer. Un deuil, un enfant non désiré, un amour malheureux sont autant de parcours chaotiques, antithèses d'une promesse de vie sereine.
"Elle dit que presque personne en réalité, ne recommence vraiment à zéro, mais qu'on n'a pas idée du temps que les gens consacrent à ce fantasme, souvent alors même qu'ils sont noyés dans leurs problèmes, et dans la vie qu'ils voudraient laisser tomber."

La nuit est propice aux questionnement douloureux, aux remises en question. La conscience bourdonne, se révolte, dit "Stop" ou "Il est temps". Les personnages de ce recueil ont décidé de faire de la nuit un compagnon de route. Malcom attend au bar d'un hôtel une hypothétique rencontre, un concierge ancien taulard conseille une jeune fille dominée par un petit ami violent, une inspectrice de police emmène Malcom enfant vers une nouvelle vie...
A chaque fois, l'aube apparaît, et avec elle un destin qui s'affiche:
"Et en effet à l'horizon était apparue une lumière cristalline qui rallumait les choses et relançait la course du temps."
Cette lumière unique met du baume au cœur à celle ou celui qui la contemple. On ne peut qu'être confiant devant un tel spectacle de la nature!

Trois fois dès l'aube souligne cette possibilité de changer les règles du jeu de la vie. A chaque fois, un homme et une femme se rencontrent et discutent. Ils se posent et font le point. Puis se quittent.
Autant de destinées qui se prennent en charge et goûtent à la joie sans cesse renouvelée de vivre les instants qui leurs sont offerts.

Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat