Mimsy Pocket et les enfants sans nom, Jean-Philippe Arrou-Vignod

Ed. Gallimard Jeunesse, mars 2015, 336 pages, 14.9 euros.

Un vrai roman d'aventures.


Nombreux sont les enfants qui errent dans la ville basse de Frieke, capitale de la Sillyrie. Très tôt, ils ont appris à survivre au jour le jour, à se protéger du froid, et se méfier de ceux "qui ne sont pas comme eux." Quelques uns traînent en bande, se protègent les uns les autres. C'est l'un de ces groupes qu'a rejoint la jeune Mimsy Pocket, mais depuis quelques jours, tous ont l'air de s'être évaporés. Pourtant, ces gamins de rue n'intéressent personne, sont transparents même pour certains, jusqu'au jour où, "des hommes-loups" enlèvent ces petites ombres. Mimsy fait partie des victimes. Malgré sa défense, elle se retrouve prise au piège, et rejoint, avec les siens un drôle de wagon qui va les emmener au fin fond de la Sillyrie, vers une datcha appartenant à une mystérieuse dame noire...

Dans le même temps, rien ne va plus pour Magnus Million. Lui qui croyait enfin pouvoir profiter d'un repos bien mérité, se voit confier par son oncle Sven Martenson d'une improbable mission: protéger le jeune prince Nikklas lors d'un voyage diplomatique le menant vers le Monastère de Smoldno. La demande est d'autant plus saugrenue aux yeux du jeune homme qu'il est loin d'être un modèle de courage et d'abnégation. C'est plutôt la peur et l'angoisse qui motivent ses faits et gestes. N'empêche, il n'a pas le choix!
A Smoldno, construit au sommet d'un pic rocheux, il va découvrir l'existence de la source sacrée qui coule à rebours, véritable élixir de jouvence pour celui qui la boit, mais aussi comprendre un peu tard que le frère Grégorius au visage ravagé est une de ses vieilles connaissances...

C'est grâce à la sagesse et aux pouvoirs chamanes d'une tribu nomade, que Mimsy et Magnus vont se retrouver et affronter ensemble les obscurs projets de Frère Grégorius et les véritables intentions de la Dame Noire. Qui est-elle vraiment? Pourquoi fait-elle enlever des gosses qui n'ont pas de noms hormis ceux que leurs camarades ou eux-mêmes leur ont donnés?

Mimsy Pocket et les enfants sans nom reprend certains personnage de Magnus Million et le dortoir des cauchemars, sans toutefois en être une suite. Ainsi, les deux romans peuvent être lus séparément.
L'écriture fluide et l'imagination débordante de l'auteur font de cette histoire un roman d'aventures palpitant, sans fausse note, mettant en scène des héros à la croisée des chemins: rester un enfant ou enfin aborder la maturité? Dès lors, l'ensemble acquiert une profondeur inédite et bienvenue; le lecteur plonge volontiers dans les décors désolés et enneigés de la froide Sillyrie, parcourus par des trains emmenant les personnages vers d'extraordinaires aventures.

A découvrir sans tarder, à partir de 12 ans.

Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat