Envole-toi octobre, Virginie Troussier

Ed. Myriapode, octobre 2014, 300 pages, 21 euros.

Quand la vie se fait chaos.


"La mémoire fusille. Elle transforme en mélancolie d'automne, en mélodie de Vivaldi (...) Le vide a une forme, un volume."

Suzanne est l'incarnation du "trop": trop plein d'émotion, trop plein de désir, trop plein d'attentes, trop plein de souvenirs. Elle aborde la trentaine, mais dans sa tête, elle est beaucoup plus vieille. Elle aime la vie, mais cette dernière lui donne trop d'obstacles à franchir avec sa frêle carcasse.

Suzanne s'est construite grâce ou à cause des hommes de son entourage. Son grand-père Lucien est un modèle car il "est hors du temps, hors catégorie, dans la mort, il a trouvé la vie, la foi, l'absolu", son père est celui pour qui elle veut réussir, Antoine, un ex-petit ami, est celui qui lui a appris à vivre à foncer sans se retourner. D'autres amants, d'autres amis ont traversé sa vie, et, par leur présence, leur rapport au monde, ont ajouté une pierre à l'immense forteresse émotionnelle de la jeune femme.

Or, le trop-plein à l'excès détruit. C'est en tout cas ce qu'on ressent en lisant la prose chargée de l'auteur. Virginie Troussier est une perfectionniste. Chaque émotion est analysée, retournée, disséquée. Un adjectif ne suffit pas, il en faut un voire deux en plus pour toucher vraiment l'état d'âme de la narratrice. Forcément, pour le lecteur, il faut un temps d'adaptation, mais une fois familiarisé, on prend plaisir à ce "décorticage" de sentiments.

"Ce n'est pas la vie qui est importante - mais les souvenirs." Forte de ce mantra personnel, Suzanne préfère se souvenir que vivre l'instant. Trop vivre c'est se consumer, alors que se souvenir est une forme de préservation. Cette attitude entraîne forcément une discipline de vie "border line": "ma vie se loge désormais dans un souffle" se plaît-elle à dire. A trop attendre des autres, on en est réduit à vouloir se suffire à soi-même. Néanmoins, ce repli sur soi impose une reconstruction, un polissage, une interprétation de ses expériences passées. On sombre dans la dépression, au pire la folie. Le voisin de Suzanne, Charly, tentera bien de l'en sauver avant l'hospitalisation, en vain.
Alors que les hommes de sa vie étaient des ports d'attache, le seul personnage féminin, en l’occurrence la mère, incarne l'îlot qui évite le naufrage. Elle se cantonne à son rôle maternel car Suzanne ne lui donne aucune autre place. Ombre parmi les ombres, elle accepte sans broncher cet appel au secours...

Cette nouvelle vie à l'écart de tout est un "pari obscur" voué à l'échec. Il est la conséquence de cette foi inébranlable en la force des souvenirs. Mais c'est aussi un choix diabolique dont Suzanne, terriblement lucide, en assume les conséquences.

Suzanne est le moi autofictif de l'auteur. Elle est l'incarnation des émotions à vif, à fleur de peau, de cette sensation à la fois primale et oppressante de vivre. Justement vivre est assimilée à une ivresse de l'altitude, et la montagne, "buée idéale, lumineuse et lointaine", un refuge au cas où la mélancolie atteint son paroxysme.

Envole-toi octobre est le souffle puissant d'une jeune femme qui tente de donner un sens à son existence, tout en acceptant sa nature mélancolique. Parfois, la narration est exigeante, oppressante même, mais elle colle aux états d'âme de la narratrice. Le récit introspectif se fait sans ambages, car l'écriture est finalement une thérapie, un retour accepté vers la normalité.

Virginie Troussier a écrit un roman intime, entier, sur la douleur de vivre, parfois.

Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat