Accéder au contenu principal

Devenir une légende, Timothy S. Lane

Ed. Stock, collection La Cosmopolite, mars 2015, traduit de l'anglais (USA) par Françoise Adelstain 380 pages, 21.5 euros.

Renaître


Par un habile jeu de retours en arrière, Timothy S Lane raconte l'histoire d'une famille singulière, à la fois brisée par les tragédies familiales et par leur amour du basket, dans une petite ville américaine gangrénée par son penchant sans cesse renouvelée pour les rumeurs les plus perfides.

Todd Kirkus avait un avenir prometteur au sein de la NBA. Star des "Pêcheurs" de Columbia City, coach, joueurs et supporters comptaient sur lui pour ramener une première place de championnat à l' équipe. Or, c'était sans compter sur le moral de leur petit protégé. A force de pressions, d'attention, et une petite amie qui lui annonce une grossesse non voulue, Todd craque et se fait prendre ivre mort par son entourage. Fin de carrière.

deux décennies plus tard, c'est son fils Jimmy Kirkus qu'on retrouve seul, dans le noir, dans le gymnase du lycée, un ballon de basket à la main. Ce ballon, c'était toute sa vie, pourtant ce n'est pas son père qui le lui a transmis l'amour de ce sport. Mais, à cet instant précis, Jimmy n'en peut plus, ne supporte plus la mentalité étouffante et perfide des citoyens de Columbia City, ses drames familiaux, et, surtout, il se déteste au plus haut point. Le mur du gymnase, une course effrénée, un choc. un geste de détresse.
"Dès le premier cours du matin, les gosses se chuchoteront l'étrange histoire de Jimmy Kirkus et du mur du gymnase. Les adultes en parleront à mi-voix. L'histoire sera sur toutes les lèvres, elle fera boule de neige, intégrant ses prouesses de basketteur, la vie dramatique de ses parents, grossissant, grossissant jusqu'à inclure des choses n'ayant aucun rapport avec celles qu'il a vraiment faites. Jusqu'à évoquer quelqu'un qui n'a rien à voir avec notre Jimmy. Jusqu'à devenir une avalanche.
Qu'il n'essaiera jamais d'arrêter."

Jimmy survit à son geste fou, et son père Todd comprend enfin qu'il faut prendre soin de son ado de fils de seize ans. Il a ressenti chez son garçon l'écho de ce qu'il supporte depuis la mort accidentelle de sa fille Suzie:
"Il perçoit chez son fils un écho de contre quoi il se bat depuis la mort de Suzie sur la plage. Et cela ne le rend que plus déterminé à sortir le garçon de ce gouffre. La dépression est insidieuse, elle rend incapable de se voir correctement, de faire le point."
A lui de le rendre fort et imperméable aux critiques. Il doit jouer le rôle de père mais aussi de mère depuis que Genny Mori n'est plus là, elle qui percevait la vie comme "un terrible marchandage".

"Regardez Jimmy, on dirait qu'il flotte dans la lumière jaune, au bout de la ligne à trois points. A l'extérieur du gymnase, c'est un poisson hors de l'eau, mais ici et maintenant, il est dans son océan. Jaillissant à la vitesse de l'éclair, lançant ballon après ballon."
La réhabilitation va passer par le sport qui lui a valu le sobriquet de "Jimmy le mou". Prouver ainsi aux détracteurs qu'il est aussi doué que son père jadis, et faire en sorte de se rendre indispensable à l'équipe. Enfin, garder une certaine distance avec ce petit monde pourri sans jamais en rajouter de trop. Bref, devenir une légende du basket sans le vouloir vraiment.

"Aimer quelque chose sans obstacle c'est facile. Aimer la chose pour laquelle vous avez souffert, clopinant, traînant, titubant, ça c'est un amour qu'il vaut la peine de connaître et de raconter. Les briques rouge sang de Jimmy Kirkus."

Devenir une légende raconte le retour en grâce d'un gamin qui a tout perdu sur le plan familial et sportif, et dont la réhabilitation va lui permettre de grandir, prendre du recul, et savourer les vraies valeurs.
Timothy S. Lane a particulièrement soigné ses personnages secondaires, faisant d'eux des articulations indispensables au récit. Que ce soit le grand-père un peu fou surnommé "le finlandais volant", ou le vieil ami de Todd qui cherche à se faire pardonner une histoire vieille de vingt ans, ou enfin celui de Genny persuadée que son histoire d'amour avec Todd est un accident. Ce sont eux qui donnent de la dimension à l'ensemble, et de l'épaisseur à Jimmy et son père.
Sous cette dimension sportive, l'auteur insiste sur le poids lourd de conséquence des "on dit" et des rumeurs. En posant son histoire dans une petite ville dans laquelle tout le monde se connaît et se délecte des malheurs des autres, il ajoute un écueil supplémentaire. La famille Kirkus est une victime toute désignée. Elle est celle qu'on montre du doigt, sur qui on chuchote de vieilles pseudo vérités et de nouvelles rumeurs. Mais finalement, elle est celle qu'on envie, non pas dans ses malheurs personnelles, mais dans sa capacité à rebondir.

Pour un premier roman, Timothy S. Lane frappe fort, montrant toute sa capacité à maîtriser une narration dont la structure repose essentiellement par un chassé croisé passé-présent, et une mise en attente dévoilée au bon moment.
C'est une réussite aussi bien sur la forme que sur le fond.

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

Après et avant dieu, Octavio Escobar Giraldo

Ed. Actes Sud, novembre 2017, traduit de l'espagnol (Colombie) par Anne Proenza, 224 pages, 19.8 €
Titre original : Despuès et antes de Dios


A partir d'un fait divers réel, l'auteur invente la fuite de la narratrice matricide, pétrie de religion et remplie de désirs coupables.
La narratrice - jamais nommée- est la fille unique d'une grosse famille de la ville de Manizales située au cœur des Andes colombiennes. Avocate et propriétaire d'une agence immobilière, elle vient d'être la victime de l'escroquerie d'un de ses amis, prêtre de son état. Les pertes financières sont très grandes et elle ne peut compter que sur sa mère, figure locale de la bourgeoisie catholique.
Même si, comme sa famille, la narratrice est pétrie de religion, elle n'hésite pas à commettre un matricide pour pouvoir sortir la tête hors de l'eau. Mais Dieu lui pardonnera-t-il son geste criminel ?
"Nous priâmes des heures, murmurant à peine, les yeux fermés, pénétrées. L'e…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …