RUE DES ALBUMS (93) Un goûter en forêt, Akiko Miyakoshi

Ed. Syros, collection les Mini Albums, février 2015, traduit du japonais par Nadia Porcar, 36 pages, 5.5 euros.

Un matin blanc, Kikko décide de rejoindre son père parti chez grand-mère déblayer la neige, oubliant le gâteau qui lui était destinée. Le temps est doux, la vue est bonne, mais pour rejoindre la maison de l'aïeule, il faut traverser la forêt.
Kikko ne pense pas que le chemin soit dangereux. Certes le silence l'enveloppe, mais il suffit de marcher sur les traces de pas laissées dans la neige. Très vite, au loin, une silhouette en point de mire lui permet d'accélérer le pas. Mais, dans son élan, Kikko tombe et écrase son paquet.

Flûte, le gâteau est tout abîmé! Tant pis, il ne s'agit pas de perdre de vue son papa qui, bientôt, entre dans une maison inconnue:
"Intriguée, Kikko s'approche d'une fenêtre pour regarder à l'intérieur. Et que voit-elle? Sous le chapeau qu'il vient d'ôter, au lieu de Papa, c'est un ours! Celui que Kikko a suivi, ce n'était donc pas son père."

Dès lors, le lecteur attentif va faire le rapprochement avec Le Petit Chaperon Rouge. Mais, Akiko Miyakoshi a veillé à ce que son histoire prenne un autre chemin...
Abasourdie, donc, Kikko reste plantée devant la maison. Très vite, d'autres animaux invités et endimanchés pour l'occasion arrivent et l'invitent à venir avec eux à l'intérieur. Ils la mettent à l'aise, lui demandent son nom et la petite fille raconte sa mésaventure. D'un regard entendu, le groupe prend une décision:
"Et d'un même élan, chacun lui offre son goûter. On serre les petites parts contre les grosses parts. Ce sera un gâteau unique, aux mille saveurs des fruits de la forêt."

Ces animaux sont si gentils, sont si serviables qu'on peut se demander si elle ne vit pas un rêve éveillé.

Un goûter en forêt est un album onirique, envoûtant, qui laisse le lecteur libre de son interprétation. Rêve ou véritable aventure? Les animaux sauvages ne sont plus des ennemis potentiels, mais des personnages anthropomorphiques capables d'amitié et de partage.
Les illustrations au fusain sont magnifiques, peut-être un peu impressionnantes pour un très jeune lecteur, mais elles ajoutent un côté mystérieux à l'ensemble, avec ça et là des détails en couleur (jaune ou rouge)
Dès lors, cet album devient un petit bijou de réussite, à conserver précieusement.

A partir de 4 ans.