Les dix amours de Nishino, Kawakami Hiromi

Ed. Philippe Picquier, collection poche, traduit du japonais par Elizabeth Suetsugu, mars 2015, 192 pages, 7.5 euros.

Dom Juan?


Yukihiko Nishino est un homme qui aime les femmes, toutes les femmes, car toutes les personnalités, toutes les morphologies sont à son goût. A en croire ses conquêtes, c'est un contemplatif de l'amour. Il butine, cherche les caresses, adore bavarder, mais se refuse finalement à entrer dans une relation sérieuse. Aimer lui ferait-il peur?
"Yukihiko redoutait ces choses, les femmes lui faisaient peur, elles qui sont liées à cette douceur, et il n'en devenait amoureux. Nul besoin de prendre sur lui pour éviter de les aimer, c'était dans sa nature de ne pas éprouver de sentiments amoureux. Tout simplement, il ne pouvait pas."
Nishino marque toujours l'esprit de celles qu'il a rencontrées puis quittées. Pourtant, jamais elles ne gardent un sentiment de colère, de dépit ou de vengeance. Leurs témoignages, réparties en dix chapitres qu'on pourrait qualifier de nouvelles, sont autant de récits d'un moment de leur vie qu'elles qualifient de moment privilégié, de bulle d'oxygène dans un quotidien anxiogène ou routinier. Nishino incarne celui qui leur a permis de porter un regard neuf sur leurs existences, et les a guidées vers une dynamique existentielle complètement nouvelle.
"Douceur, netteté, méticulosité composait ce charme qui n'appartenait qu'à lui."

Nishino donne l'impression d'une présence évanescente. Son arrivée se précède d'un vol de papillons ou de cigales. Sa présence auprès de son élue du moment se fait par des gestes tendres dont la caresse des cheveux dont il est friand. Faire l'amour avec lui, c'est oublier de donner à cette étreinte un jugement de valeur comme on pourrait le faire avec d'autres hommes.
Cependant, le lecteur ne se fait une idée du personnage que par le prisme de celles qui ont croisées son chemin. Le mystère Nishino reste entier. On sent un homme capable d'aimer sur l'instant, mais le lecteur reste incapable de saisir entièrement la personnalité complexe de cet homme, aussi bien capable de demander à une femme de mourir avec lui, que de s'en éloigner.

"Mais peut-on aimer si on ne se fait pas d'illusions sur l'autre? C'est seulement à condition d'être indulgent, de ne pas être sur ses gardes, de se méprendre un peu, qu'on peut s'aimer l'un l'autre."
Kawakami Hiromi dresse le portrait d'un homme insaisissable. Les témoignages sont doux, ciselés, ne laissant aucune place aux disputes, aux affrontements. Même les ruptures semblent aller de soi, se font naturellement, alors que certaines d'entre elles avouent l'avoir aimé "d'un amour dément."

L'auteure, à travers sa littérature, continue à faire une analyse détaillée et originale de la relation amoureuse déjà entreprise dans Les années douces et Manzuru. On retrouve le même ton posé, mélancolique, parfois drôle, qui fait tout le charme de son style.

A découvrir.