Accéder au contenu principal

Les dix amours de Nishino, Kawakami Hiromi

Ed. Philippe Picquier, collection poche, traduit du japonais par Elizabeth Suetsugu, mars 2015, 192 pages, 7.5 euros.

Dom Juan?


Yukihiko Nishino est un homme qui aime les femmes, toutes les femmes, car toutes les personnalités, toutes les morphologies sont à son goût. A en croire ses conquêtes, c'est un contemplatif de l'amour. Il butine, cherche les caresses, adore bavarder, mais se refuse finalement à entrer dans une relation sérieuse. Aimer lui ferait-il peur?
"Yukihiko redoutait ces choses, les femmes lui faisaient peur, elles qui sont liées à cette douceur, et il n'en devenait amoureux. Nul besoin de prendre sur lui pour éviter de les aimer, c'était dans sa nature de ne pas éprouver de sentiments amoureux. Tout simplement, il ne pouvait pas."
Nishino marque toujours l'esprit de celles qu'il a rencontrées puis quittées. Pourtant, jamais elles ne gardent un sentiment de colère, de dépit ou de vengeance. Leurs témoignages, réparties en dix chapitres qu'on pourrait qualifier de nouvelles, sont autant de récits d'un moment de leur vie qu'elles qualifient de moment privilégié, de bulle d'oxygène dans un quotidien anxiogène ou routinier. Nishino incarne celui qui leur a permis de porter un regard neuf sur leurs existences, et les a guidées vers une dynamique existentielle complètement nouvelle.
"Douceur, netteté, méticulosité composait ce charme qui n'appartenait qu'à lui."

Nishino donne l'impression d'une présence évanescente. Son arrivée se précède d'un vol de papillons ou de cigales. Sa présence auprès de son élue du moment se fait par des gestes tendres dont la caresse des cheveux dont il est friand. Faire l'amour avec lui, c'est oublier de donner à cette étreinte un jugement de valeur comme on pourrait le faire avec d'autres hommes.
Cependant, le lecteur ne se fait une idée du personnage que par le prisme de celles qui ont croisées son chemin. Le mystère Nishino reste entier. On sent un homme capable d'aimer sur l'instant, mais le lecteur reste incapable de saisir entièrement la personnalité complexe de cet homme, aussi bien capable de demander à une femme de mourir avec lui, que de s'en éloigner.

"Mais peut-on aimer si on ne se fait pas d'illusions sur l'autre? C'est seulement à condition d'être indulgent, de ne pas être sur ses gardes, de se méprendre un peu, qu'on peut s'aimer l'un l'autre."
Kawakami Hiromi dresse le portrait d'un homme insaisissable. Les témoignages sont doux, ciselés, ne laissant aucune place aux disputes, aux affrontements. Même les ruptures semblent aller de soi, se font naturellement, alors que certaines d'entre elles avouent l'avoir aimé "d'un amour dément."

L'auteure, à travers sa littérature, continue à faire une analyse détaillée et originale de la relation amoureuse déjà entreprise dans Les années douces et Manzuru. On retrouve le même ton posé, mélancolique, parfois drôle, qui fait tout le charme de son style.

A découvrir.

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …