En attendant demain, Nathacha Appanah

Ed. Gallimard, collection Blanche,  janvier 2015,208 pages, 17.5 euros.

"Je ne suis pas à ma place ici" telle est la réflexion commune faite par Adam et Anita, le jour de leur rencontre, à une soirée de nouvel an. Depuis, ils ne se quittent plus. Lui, termine ses études d’architecture, elle, a quitté son île Maurice natale afin de pouvoir enfin libérer son écriture.
Les années passent, et le couple s'est installé dans la région d'Adam où ils élèvent leur fille unique Laura. Alors qu'Adam prospère comme architecte, Anita n'écrit plus, se concentrant à sa tâche de mère au foyer qui, au fil du temps, lui pèse de plus en plus:
"Il y a au fond d'elle comme une petite poche vide et, quand elle se lève le matin, cette poche siffle comme le font les cavités creusées dans les roches. Alors, elle passe son temps à vouloir combler ce vide."
Pour ne pas sombrer, Anita accepte d'être correspondante au journal local. Mais, à chaque fois, elle se force à ne pas oublier l'image qu'elle renvoie aux autres afin de ne pas se vexer, ni interpréter. Elle est  Mauricienne, sa peau est brune, et à la campagne, les habitants ont toujours un temps d'arrêt difficile à expliquer lorsqu'ils la rencontrent pour la première fois...
De son côté, Adam n'a pas laissé de côté sa peinture. A défaut de comprendre son épouse, il s'enferme de plus en plus dans son atelier:
"Il ne connaît pas le morcellement cruel du temps, le réel ne l'affecte pas. Il est ici et maintenant. Il dessine. Il peint. Il construit. Il imagine. Il conçoit. Il ponce et polit."
Où est donc passé ce temps où le couple avait plein d'espoir sur leurs lendemains? Adam et Anita sont désormais esclaves de leur routine et n'arrivent pas à faire de leur passion leur moyen de subsistance. Pourtant, Anita sent que ce changement de vie est à portée de main:
"Il suffirait d'un rien, théorisait-elle, pour les faire basculer dans l’extraordinaire, dans ce qu'elle appelait un destin.
Ce "rien" fut Adèle."

Dès les premières pages, le lecteur sait qu'Adèle va être à l'origine d'un drame. Le roman est le récit de ce bouleversement. Nathacha Appanah prend le temps d'expliquer ce qui s'est passé, et en quoi Adèle est devenue sans le vouloir vraiment celle qui aura raison du destin du couple.
La jeune femme est aussi Mauricienne, mais elle n'a pas de papiers. Elle est arrivée en Europe avec l'espoir d'en finir avec la vie, car sur ce continent, croyait-elle, "la mort lui paraissait plus accessible, plus silencieuse." Or, elle est toujours là, vivotant de petits boulots payés en liquide, s'attachant à rester transparente aux yeux du monde:
"Elle n'est jamais dérangée, jamais embêtée, on pourrait dire qu'elle est invisible, et c'est exactement ce qu'elle souhaite être et c'est exactement comme ça qu'elle survit."
Sa rencontre avec Anita sur les lieux d'un reportage va lui donner de l'épaisseur, va lui permettre de reconsidérer son destin:
"Adèle entrevoit une autre façon de vivre, une autre manière d'aimer, d'offrir, de pleurer, de rire, de travailler, de recommencer."
Naturellement, Adèle s'inscrit dans le quotidien d'Adam et Anita. Naturellement aussi Adèle raconte à sa nouvelle amie son passé et les causes de son départ de Maurice. Vivre avec eux est devenue une thérapie naturelle; elle retrouve le sourire.

Sans qu'Adèle ne s'en aperçoive, Anita et Adam "se sont mués en voleurs, en imposteurs, en traîtres, en menteurs." Adèle est devenue leur muse, leur source d'inspiration. La peinture d'Adam a pris "un nouveau chemin passionnant"; "il ne cherche plus à peindre un paysage ou un visage mais à évoquer un sentiment, un toucher , un goût", au point que ses toiles attirent un galeriste connu.
Grâce à son amie, Anita s'est remise à écrire, dans "l'urgence d'incarner, désincarner, réincarner cette histoire" qu'Adèle lui raconte jour après jour.
"Anita possède enfin ce quelque chose de mystérieux - qui est au delà de la force, du courage, de l'inspiration, de la ténacité, qui ne se brouille pas avec les tâches ménagères, la maternité, le maternage, l'amour, le corps, la libido, les rêves, les espoirs - , cette chose qui la fait aligner un mot après l'autre, une phrase et puis une autre, et une page et une autre sans se décourager, sans se dénigrer. Adèle a libéré l'écriture d'Anita."
Seulement, il faut crever l'abcès, tout raconter à la jeune femme pour ne plus avoir l'impression de lui voler son âme. Mais elle, comment réagira-t-elle? Alors, ils reportent toujours au lendemain leur prochaine confession...

En attendant demain est l'histoire d'un couple qui, au carrefour de leur vie, font une rencontre qui leur permettra de donner du sens à leur peinture et leur écriture, mais transformera à jamais leur destin.
Nathacha Appanah joue avec les mots, privilégie les nuances. Son écriture est un travail d'orfèvre car on sent la volonté de décrire au mieux un sentiment, une impression. Son récit est délicat, marqué, même si la fin apparaît légèrement surprenante et précipitée.
Adam, Anita et Adèle sont des personnages qui ne vous lâchent pas, ni ne vous laissent indifférents. Trois destins inextricablement liés jusqu'à la folie.

A découvrir.