Elyssa de Carthage, Eric Senabre

Ed. Didier Jeunesse, février 2015, 256 pages, 14.2 euros

Si Carthage m'était contée...


Elyssa de Carthage a le principal mérite de plonger le jeune lecteur dans une Antiquité colorée, vraisemblable, truffée de détails et d'informations variées. A ce titre, l'intrigue policière assez convenue au départ, prend une tournure originale et pittoresque, si bien que l'uchronie sciemment voulue par l'auteur, à savoir la présence de la poudre (inventée par les chinois) comme élément déterminant de l'action devient d'un seul coup tolérable.

Elyssa, le personnage principal du récit, est une jeune femme de seize ans, Carthaginoise vendue comme esclave, puis affranchie par son maître, un riche romain,  Marcellus, qui l'a épousée par la suite. Chose rare pour l'époque, l'union s'avère être un mariage d'amour:
 "Quand il se maria à Elyssa, Marcellus avait le double de son âge.(...) Bientôt on ne pouvait plus douter qu'Elyssa, elle aussi, était très éprise de Marcellus. Un bonheur aussi manifeste faisait plaisir à voir., quelles qu'aient pu être mes réticences initiales."
 Lorsque son époux est tué, après un voyage secret en terre carthaginoise,  Elyssa accepte la mission que lui confie Caton, un sénateur proche du défunt: découvrir l'information importante que détenait Marcellus qui, semble-t-il, mettrait en danger la paix romaine.

Pour mener à bien son entreprise, Elyssa peut compter sur son ami de toujours Ganymède, qui la suit comme une ombre et la protège. Car Eric Senabre ne permet aucune pose au lecteur: bataille navale, explosions, espionnage, lutte à mort, sans pour autant oublier la touche sentimentale avec une histoire d'amour impossible (?) avec un certain Syphax, homme clé détenteur du secret de Marcellus...

Ganymède est le narrateur de ce roman inspiré d'aventures. Il incarne la voix de la sagesse et calme la fougue de l'intrépide Elyssa prête à tout pour découvrir la vérité sur le meurtre de son mari.
"Ah, le temps... C'est donc le remède à tout, mon bon Ganymède?
- Non. C'est l'oubli qui est le remède à tout. Le temps, lui, ne fait qu'y contribuer. Comme il peut.
(...)
Ce que j'envie ta sagesse.
- J'échangerais ma sagesse contre ta jeunesse."

L'auteur réussit à donner vie à l'antique cité florissante de Carthage en lui donnant l'aspect d'une "cité exquise" à l'intérieur de laquelle il y a toujours quelque chose à observer: "une cour animée, une échoppe curieuse", bref possédant "quelque chose de moins contraint", "de moins majestueux et colossal aussi, sans doute" que Rome. Pour cette raison, il est d'autant plus difficile d'admettre qu'elle cache en son sein de terribles complotistes.
Elyssa de Carthage passionnera les jeunes amateurs de romans historiques et d'aventure.
Le résultat est plutôt réussi.

A partir de 12 ans.

Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat