RUE DES ALBUMS (86) Sans défense ngangou a tia lo! Yves Pinguilly et Florence Koenig

Ed Autrement, janvier 2015, 24 pages, 13.95 euros.

Raconter l'indicible.

Donali aux longs cheveux qui lui servent de pagne aime Pougaza  son mari, "le plus grand cueilleur de miel sauvage". La vie en Centrafrique semble paisible au sein d'une nature verdoyante et généreuse. Comme un bonheur n'arrive jamais seul, Donali va s'appeler bientôt Djonimama car elle attend un bébé!

Un jour, "les arbres fermèrent leurs yeux" et le petit Zotizo naquit. Dans le même temps, après vingt-trois mois de gestation  Doli Wâli l'éléphante mit au monde Doli Kôli.
Les saisons passent et Zotizo vit en harmonie avec la nature et confie ses secrets aux animaux de la forêt. Mais son préféré reste l'éléphant:
"Mais c'est avec Doli Kôli qu'il parlait le plus. Cet éléphant était un peu son cousin: ils étaient nés le même jour et c'est le même jour qu'ils avaient pour la première fois été piqués par un moustique."

Hélas, l'harmonie ne dure pas. "Comme si le père du vent et le père du tonnerre étaient devenus fous", tous les bruits et les cris de la guerre franchissent le village. Les armes viennent rompre la quiétude des lieux. La petite famille se réfugie dans "le gros tronc mort d'un arbre" et attendent. Une fois le silence revenu, l'endroit est devenu désolation, des corps sont tombés et des défenses d'éléphants traînent sur le sol... Qu'est devenu Doli Kôli?

Avec des mots simples et des couleurs, les auteurs racontent l'indicible. Le vert harmonieux et chatoyant laisse place à un dégradé de jaune  et de gris pour expliquer les changements. Eux trois ont survécu, mais les autres? Comment raconter à un jeune enfant la stupidité de la guerre et la violence gratuite?
Alors, dans le lourd silence après l'orage, au clair de lune, Djonimama tente d'expliquer l'indicible à son enfant et son discours ne touche pas que les êtres humains...

Sans défense est une bien belle histoire, bien menée, et avec finesse, car il n'est pas évident de traiter un sujet aussi sérieux. Les illustrations et les textes se complètent, et on se laisse emporter par le vécu de Zotizo.

A découvrir, à lire et à relire, à partir de 5 ans.


Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat