RUE DES ALBUMS (85) Donne-moi une histoire, Jean-Luc Englebert

Ed. L'Ecole des Loisirs, collection Pastel, février 2015, 24 pages, 11.5 euros

A deux, c'est mieux!


"Donne-moi une histoire" demande la petite fille à son père, pour pouvoir se déguiser et enfin quitter sa chemise de nuit. Alors papa se prête au jeu, lui propose une histoire de princesse, ou de sorcière, mais la gamine trouve que c'est trop commun.
Et si l'histoire parlait de chevaliers? Ah là, c'est différent, il y a matière à inventer des rebondissements, des bagarres, et puis le déguisement lui plaît beaucoup!

Les voilà donc partis tous les deux dans une aventure dans laquelle le papa narrateur met en scène sa petite héroïne "chevalière" avec "sa puissante armée". Sauf que la narrateur invente l'histoire en allant et s'éternise sur la durée: marcher pendant des jours, non, non et non, et en plus les ennemis sont invisibles!
Alors aussitôt commencée, aussitôt terminée, la petite fille ne veut plus participer à l'histoire. Or, ce n'est pas si facile car les soldats, eux, comme tous les soldats veulent la guerre, et enferment donc leur chef déserteur: "la chevalière est maintenant leur prisonnière. Deux soldats l'emmènent. Et dans un cachot, au fond de la forêt, elle est enfermée."
L'histoire de papa s'emballe, l'imagination est au tournant, et la gamine fait même intervenir son propre père pour la libérer!

Jean-luc Englebert a dessiné et écrit un moment de complicité entre un père et son enfant. Alors que la petite se lasse vite, l'adulte se laisse si bien emporter par son récit qu'il réussit à capter de nouveau l'attention de la petite héroïne. Finalement, à deux c'est mieux pour se raconter des histoires et  les mettre en scène!
On appréciera aussi le clin d’œil: pour être une chevalière, il faut avoir du tempérament et savoir mener son petit monde!
L'épilogue est joli comme tout, poétique, apaisant, et sans texte, mettant ainsi en valeur les illustrations.

Une belle découverte à partir de 3 ans, à lire avec son papa, pourquoi pas!