Accéder au contenu principal

RUE DES ALBUMS (85) Donne-moi une histoire, Jean-Luc Englebert

Ed. L'Ecole des Loisirs, collection Pastel, février 2015, 24 pages, 11.5 euros

A deux, c'est mieux!


"Donne-moi une histoire" demande la petite fille à son père, pour pouvoir se déguiser et enfin quitter sa chemise de nuit. Alors papa se prête au jeu, lui propose une histoire de princesse, ou de sorcière, mais la gamine trouve que c'est trop commun.
Et si l'histoire parlait de chevaliers? Ah là, c'est différent, il y a matière à inventer des rebondissements, des bagarres, et puis le déguisement lui plaît beaucoup!

Les voilà donc partis tous les deux dans une aventure dans laquelle le papa narrateur met en scène sa petite héroïne "chevalière" avec "sa puissante armée". Sauf que la narrateur invente l'histoire en allant et s'éternise sur la durée: marcher pendant des jours, non, non et non, et en plus les ennemis sont invisibles!
Alors aussitôt commencée, aussitôt terminée, la petite fille ne veut plus participer à l'histoire. Or, ce n'est pas si facile car les soldats, eux, comme tous les soldats veulent la guerre, et enferment donc leur chef déserteur: "la chevalière est maintenant leur prisonnière. Deux soldats l'emmènent. Et dans un cachot, au fond de la forêt, elle est enfermée."
L'histoire de papa s'emballe, l'imagination est au tournant, et la gamine fait même intervenir son propre père pour la libérer!

Jean-luc Englebert a dessiné et écrit un moment de complicité entre un père et son enfant. Alors que la petite se lasse vite, l'adulte se laisse si bien emporter par son récit qu'il réussit à capter de nouveau l'attention de la petite héroïne. Finalement, à deux c'est mieux pour se raconter des histoires et  les mettre en scène!
On appréciera aussi le clin d’œil: pour être une chevalière, il faut avoir du tempérament et savoir mener son petit monde!
L'épilogue est joli comme tout, poétique, apaisant, et sans texte, mettant ainsi en valeur les illustrations.

Une belle découverte à partir de 3 ans, à lire avec son papa, pourquoi pas!

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

Après et avant dieu, Octavio Escobar Giraldo

Ed. Actes Sud, novembre 2017, traduit de l'espagnol (Colombie) par Anne Proenza, 224 pages, 19.8 €
Titre original : Despuès et antes de Dios


A partir d'un fait divers réel, l'auteur invente la fuite de la narratrice matricide, pétrie de religion et remplie de désirs coupables.
La narratrice - jamais nommée- est la fille unique d'une grosse famille de la ville de Manizales située au cœur des Andes colombiennes. Avocate et propriétaire d'une agence immobilière, elle vient d'être la victime de l'escroquerie d'un de ses amis, prêtre de son état. Les pertes financières sont très grandes et elle ne peut compter que sur sa mère, figure locale de la bourgeoisie catholique.
Même si, comme sa famille, la narratrice est pétrie de religion, elle n'hésite pas à commettre un matricide pour pouvoir sortir la tête hors de l'eau. Mais Dieu lui pardonnera-t-il son geste criminel ?
"Nous priâmes des heures, murmurant à peine, les yeux fermés, pénétrées. L'e…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …