Accéder au contenu principal

Avec mon corps, Nikki Gemmel

Ed. Au diable Vauvert, janvier 2015, traduit de l'anglais (Australie) par Gaëlle Rey, 496 pages, 23 euros.

"La promesse originelle"


En 225 leçons, une femme de quarante ans, mère de famille modèle, se raconte. Ou plutôt, elle utilise délibérément le "vous" de distanciation faisant alors de son cheminement, un probable carnet de bord que pourrait avoir vécu bien d'autres avant elle.

Cette femme qui ne se nomme jamais, s'enlise dans son mariage avec Hugh. Le couple est solide, bons parents de trois garçons, bien installé dans une vie familiale et sociale douillette, mais le couple est sexless. "Vous êtes cadenassée depuis si longtemps" explique-t-elle, que la relation charnelle ne l'intéresse plus. Sa relation maritale est trop conventionnelle, trop réglée pour qu'elle puisse allumer encore le désir de galipettes nocturnes...

"En tant que mère vous ne vous sentez maître de rien". Là est le problème. Jadis, avant de rencontrer Hugh, elle était une célibataire avec une carrière d'avocate, des amis, et toute la promesse de la jeunesse. Maintenant, elle n'est plus que l'ombre d'elle-même "prise au piège" des relations surfaites et hypocrites avec d'autres mères d'élèves, incapable de prendre les rênes. Pourtant, elle n'a pas toujours été ainsi.

Désormais, le roman prend une toute autre direction. Toujours construit sous la forme de leçons (parfois grinçantes) à suivre (dont je taire l'origine; à vous de le découvrir), l'héroïne se rappelle son enfance, son adolescence dans le bush australien avec un père aimant mais en retrait, et une belle mère, "perfectionniste dans l'art du terrorisme émotionnel". Trop émancipée à son goût, la jeune fille est envoyée à l'internat. De cette période de forte solitude, elle en tire une attraction irrépressible pour la vie grouillante et passionnée du monde des artistes dans lequel les gens communiquent.
Lors des vacances d'été, dans le bush de Beddington, elle trouve un manoir en retrait, pratiquement laissé à l'abandon. Ce domaine, appelé Woondala, est le refuge d'un jeune écrivain en mal d'inspiration, un certain Tol. Du haut de ses seize printemps, le jeune fille se sent de suite "enorgueillie d'amour":
"Il a pris votre corps en otage, vos pensées en otage, votre sérénité et votre vie. Il a mis votre futur entre parenthèses, l'a enfermé dans un coffre dont lui seul a la clé."
Tol est sous le charme de sa (très) jeune maîtresse. Il pense qu'elle possède ce que l'écrivain Harper Lee appelle "la promesse originelle". A partir d'une initiation sexuelle à la demande, il désire faire d'elle une femme forte, libérée, et indépendante.

"Woondala m'a jeté un sort. Vous êtes différent là-bas. Vous ne vous reconnaissez pas."
Depuis, elle a gardé un répertoire de tout ce qu'elle a appris cet été là. Au delà des diverses expériences charnelles qui pourront faire pâlir certaines ménagères de plus de cinquante ans (!!), elle a fait l'expérience de l'attente, du silence, du rejet, et en quelque sorte de l'abandon.
De l'été de ses seize ans, elle garde un souvenir unique, le sentiment d'être devenue une femme à l'écoute de son corps et de ses attentes.

Nikki Gemmel n'y va pas par quatre chemins. Après un début bon chic, bon genre, le lecteur est entraîné vers des pages torrides, parfois même à la limite du glauque. Or, nous ne sommes pas dans le roman érotique, car l'essentiel se situe ailleurs. En effet, la découverte experte du corps est présentée  comme une étape pour affronter la vie adulte.
C'est pourquoi la dernière partie de l'ouvrage devient une clé essentielle à la compréhension générale du récit. L'héroïne a trouvé une paix intérieure qu'elle n'avait pas auparavant, et peut ainsi redonner de la dimension à sa vie de couple.
Avec mon corps est un livre qui se lit par étapes, tout comme les leçons proposées. Certaines associations d'idées, certaines "prises de risque" sexuelles prises par la protagoniste sont provocantes, délibérément choquantes. Que dire alors du comportement du "dévoué" Tol, amant indomptable, capable de toutes les extravagances et tous les compromis?
Enfin et surtout Avec mon corps est un livre pour les femmes, écrit par une femme...

A découvrir pour lectrice avertie!

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …