Accéder au contenu principal

Au cochon porte bonheur, Kim Jong-Ryeol

Ed. Picquier Jeunesse, traduit du coréen par Yeong-Lee Lim et Françoise Nagel, illustré par  Suk-Kyeong Kim, avril 2013, 111 pages, 12.9 euros

L'avidité de toute chose est un vilain défaut...


Dans la ville d'Azalée, un étrange commerce vient de s'ouvrir. Il s'appelle "Au cochon porte bonheur" et le prospectus déposé dans les boîtes aux lettres y promet monts et merveilles aux futurs clients:
"Azaléeens! La chance vous attend au cochon porte-bonheur. Venez nombreux et emportez l'article de votre choix sans débourser un sou. Parole de Cochon porte-bonheur!"

Le jeune narrateur raconte alors comment sa mère, son père et tous les autres habitants se sont faits prendre au piège. La file d'attente devant le magasin ne désemplit pas, et au rythme de dix clients par jour, l'enseigne ne fait que des heureux. Chacun ressort avec un objet banal en apparence mais que le gérant du magasin affuble d'une origine magique ou célèbre. Ainsi, la Terreur des malfaiteurs, surnom donné au policier de la ville, a reçu une paire de lunettes capable de repérer les voyous au premier coup d’œil. Le libraire, Monsieur Puits de Sciences, a reçu un livre enchanté venant de Grimm, dont la particularité est de raconter à chaque fois une nouvelle histoire...

L'affaire est trop belle, les cadeaux trop alléchants. Le narrateur remarque un changement chez les bénéficiaires. Leur nez se transforme en groin de cochon! L'avidité de chacun a réveillé leur part animal. Ainsi, ses parents, heureux propriétaires d'un vase capable de multiplier les objets, dorment maintenant sur un tas de billets, mais ce sont des porcs!
Azalée est désormais "une ville grouillante de cochons", et ceux qui sont restés normaux ne sont pas les bienvenus. Et pendant ce temps, le cochon porte bonheur, se déplace, fier comme tout, à travers les rues de la ville. Alors, comment inverser la malédiction?

Kim Jong-Ryeol raconte une fable glaçante sur l’avidité et la cupidité des êtres humains. Seul un petit garçon reste de marbre et entreprend de comprendre ce qui se passe. La bonne fortune se transforme vite en mauvaise fortune, et Azalée devient une porcherie.
Il y a du George Orwell avec la Ferme des animaux dans cette histoire là. Témoin de la folie des siens, le jeune narrateur comprend que le magasin apparaît à des endroits où les gens sont dépassés par leur avidité. Dès lors, il comprend que "la peine qu'on se donne "pour réussir est bien plus louable que le reste.
Au cochon porte-bonheur se lit d'une traite. La fable est efficace, attrayante, originale, avec des personnages secondaires caricaturés certes mais représentatifs et symboliques de tous les grands défauts humains.

Finalement, sous couvert de récit jeunesse, cette fable s'adresse à tous les âges!

A partir de 10 ans.

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

Après et avant dieu, Octavio Escobar Giraldo

Ed. Actes Sud, novembre 2017, traduit de l'espagnol (Colombie) par Anne Proenza, 224 pages, 19.8 €
Titre original : Despuès et antes de Dios


A partir d'un fait divers réel, l'auteur invente la fuite de la narratrice matricide, pétrie de religion et remplie de désirs coupables.
La narratrice - jamais nommée- est la fille unique d'une grosse famille de la ville de Manizales située au cœur des Andes colombiennes. Avocate et propriétaire d'une agence immobilière, elle vient d'être la victime de l'escroquerie d'un de ses amis, prêtre de son état. Les pertes financières sont très grandes et elle ne peut compter que sur sa mère, figure locale de la bourgeoisie catholique.
Même si, comme sa famille, la narratrice est pétrie de religion, elle n'hésite pas à commettre un matricide pour pouvoir sortir la tête hors de l'eau. Mais Dieu lui pardonnera-t-il son geste criminel ?
"Nous priâmes des heures, murmurant à peine, les yeux fermés, pénétrées. L'e…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …