RUE DES ALBUMS (80) Sauvage, Emily Hughes

Ed. Autrement Jeunesse, janvier 2015, traduit de l'anglais (GB) par Camille Gautier, 32 pages, 12.5 euros.

 Joliment Sauvage!


"Elle était à sa place et la vie était belle".
Mais de qui parle-t-on? De l'enfant sauvage bien sûr! Un bébé tout rose, tout dodu, est découvert par les animaux de la forêt qui l'accueillent naturellement à bras ouverts.
Tandis que les oiseaux lui apprennent à parler, les ours lui expliquent comment chasser, et les renards répondent toujours présent pour s'amuser au fond de leurs terriers.
Bébé grandit et devient une petite fille aux grands yeux ouverts sur la nature, avec une belle chevelure verte de feuilles et de pousses. La vie se passe pour le mieux au milieu de sa famille d'adoption jusqu'au jour où "des animaux inconnus", des braconniers en fait, la trouvent, en colère, les cheveux coincés dans leur piège!

"Elle n'était pas à sa place, et la vie était triste."
Du jour au lendemain, petite Sauvage est rendue à la civilisation. Adoptée par un psychiatre un peu bizarre, elle devient un objet de curiosité. Les règles de vie ne sont plus les mêmes, on tente de l'apprivoiser. Seulement, peut-on vraiment apprivoiser une petite sauvageonne?

Sauvage revisite le mythe de l'enfant sauvage, et pose des questions: doit-on à tout prix ressembler aux siens pour être accepté? La société civilisée convient-elle à tous?
Dans un tourbillon de couleurs qui donne une impression générale de mouvements, le lecteur suit les aventures d'une petite fille pas comme les autres:
"Personne ne se souvenait du jour où elle était arrivée là. Mais chacun sut aussitôt qu'elle était faite pour vivre dans les bois."

Dans cet album très attrayant, les sauvages ne sont pas ceux qu'on croit finalement, et la gamine exprime bien plus de sentiments que ses congénères de la ville...
Côté illustrations, il n'y a pas de place pour le vide. Les traits sont fuyants, la nature prospère, les couleurs sont vives, et surtout, l'histoire se comprend aussi sans le texte.
Ainsi, la petite fille aux grands yeux noirs et aux cheveux verts pose la question:
"Pourquoi donc mettre en cage une petite fille si joliment sauvage?"

Tout est dit...

A lire à partir de 4 ans.