RUE DES ALBUMS (79) Moi j'aime pas comme je suis, Alma Brami et Amélie Graux

Ed. Albin Michel Jeunesse, avril 2011, 26 pages, 11 euros.

Nous sommes tous uniques!


On est confronté très tôt au regard de l'autre. La socialisation passe aussi par cette étape, et l'école est un lieu où on se sent "à découvert".
Dans, Moi j'aime pas comme je suis, une petite fille de cinq ans fait l'inventaire de ce qu'elle voudrait changer sur son physique. En se comparant aux autres, notamment sa copine Sonia, elle croit avoir les joues trop rondes et trop de poils noirs sur les bras. Elle échangerait bien sa longue chevelure brune pour les cheveux dorés de sa copine, même si cette dernière adorerait avoir sa tresse:
"Moi, je voudrais être comme Sonia ma meilleure amie, si fine et si grande, avec de beaux cheveux, tout blonds et tout raides."

Comme le dit l'adage, "il faut de tout pour faire un monde", mais à cet âge, l'estime de soi vient surtout avec le regard d'autrui. Il suffit que le petit Thomas, petite bouille aux grosses lunettes la "regarde drôlement", pour que la petite fille mette de côté ses défauts et se sente "la plus jolie de toute la Terre"!

L'illustratrice a privilégié des fonds blancs pour mettre en valeur une galerie de personnages aux visages expressifs et enjoués. Les traits simples au crayon renforcent l'idée selon laquelle les défauts qu'on se trouve, se situent surtout dans la tête. C'est pourquoi, s'accepter comme on est est déjà une grande étape de franchie pour s'accepter.
Écrit à la première personne,  avec un style enfantin, les phrases interpellent facilement le jeune lecteur et lui permettent de s'identifier aux personnages en présence.
Moi, j'aime pas comme je suis aborde un sujet compliqué pour la jeunesse mais avec des mots simples et une histoire cohérente et vraisemblable. Le message est limpide: nous sommes uniques et c'est notre particularité qui fait notre charme!

A découvrir à partir de 5 ans.

Vous pouvez découvrir un autre album d'Amélie Graux par ici: