Maman au bois dormant, Jacqueline Wilson

Ed. Folio Junior Gallimard, traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau, novembre 2012, 304 pages, 8.2 euros.

Maman est dans le coma.


Ella vivait bien tranquille avec maman dans leur petit appartement. Certes, après le départ de papa, il avait fallu s'organiser, mais toutes les deux avaient trouvé leur rythme, ponctué par des visites de plus en plus rares de l'ex-homme de la famille. Et puis, Jack est apparu dans leurs vies. Maman, de nouveau amoureuse, s'est installée avec ce professeur, un brin bordélique, touchant, et ne sachant pas quoi faire pour plaire à sa belle-fille. Mais Ella ne fait pas d'effort, car un père elle en a un, même si ce dernier se fait oublier de plus en plus souvent...
Quand Ella a appris qu'elle allait être grande soeur, l'angoisse est montée. Quelle responsabilité! Et si maman allait aimer davantage le bébé de son nouveau compagnon plutôt qu'elle? Du haut de ses neuf ans, de multiples questions harcèlent son esprit; maman tente bien de la rassurer mais rien n'y fait. Pour couronner le tout, elle supporte de moins en moins son beau-père.

A la naissance du petit frère, un accident est survenu, et c'est un Jack désemparé, larmoyant, qui explique à Ella que sa maman est dans le coma. Le bébé, lui, est en couveuse. Désormais, Jack et Ella, qui se connaissent très mal finalement, vont devoir s'organiser, se supporter, s'entraider, et surtout apporter la chaleur et l'amour nécessaires au nouveau venu. Pas facile de tout conjuguer, surtout quand sa maman est allongée sur un lit, inerte, endormie comme la belle au bois dormant. Les médecins ont beau dire qu'elle peut tout entendre, Ella ne sait plus quoi lui raconter. Au fil des jours, elle décide de faire comme si elle était consciente. Elle lui raconte l'école, les amies, son nouveau exposé sur les baleines (même avec la bande son), le retour de papa, et Jack qui tente de garder la tête hors de l'eau.
Sans s'en apercevoir vraiment, Ella grandit, mûrit, et devient une maman pour son petit frère. Du coma de sa mère, elle se refuse à croire qu'il est irréversible. Malgré les mauvaises pensées qui traversent parfois son esprit à propos de supposées culpabilités de son beau-père ou du bébé quant à l'état de sa mère, Ella réussit à passer outre finalement et devient, avec le temps, moins narcissique. Il suffirait juste d'un signe pour enfin avoir la preuve que maman l'entend, l'écoute, la soutient, et va bientôt se réveiller!

Jacqueline Wilson signe un roman centré sur l'amour maternel et la difficulté de vivre dans une famille recomposée, surtout lorsque cette dernière est soumise à une terrible épreuve. Ainsi, elle propose au jeune lecteur de privilégier le dialogue au lieu de silences obstinés ou d'agressivité gratuite. Ella est une gamine entière, confrontée à une multitude d'émotions qui lui étaient jusque là inconnues. La maman, point d'ancrage de cette nouvelle famille, a rompu involontairement l'équilibre fragile qui existait entre Jack et elle. Ainsi, il faut maintenant trouver une nouvelle organisation, mais chez cette auteure, l'amour, la patience triomphent de tout, si bien que l'épilogue ne se joue qu'à la dernière page!

A découvrir à partir de 10 ans. Bons lecteurs.

Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro