Accéder au contenu principal

Billet d'humeur (7) Mais qu'est-ce que c'est que ce blog?

Agecanonix par Uderzo

Il y a quelques jours, je fus le témoin indirect d'une bien étrange affaire. Au départ, un statut anodin posté sur Facebook relatant certaines pratiques utilisées sur les blogs littéraires pour convoiter de nouveaux lecteurs. L'opinion formulée n'était pas du tout polémique, ne visait personne en général et aucun blog en particulier, mais l'individu à l'origine du propos (eh non ce n’était pas moi) a dû supprimer ce qu'il avait écrit suite à de nombreux mails et messages privés pour le moins vindicatifs (informations précisées sur un statut postérieur). Déjà, certaines réponses valaient leur pesant d'or, et on sentait que quelques blogueurs se sentaient visés. (Vive la liberté d'opinion sur les réseaux sociaux!)
Il est dommage d'en arriver là, d'être obligé d'effacer ce qu'on pense et s'excuser (presque) pour que les contacts Facebook se calment et se réconcilient avec leur ego. Le problème est que cette lectrice avait vu juste, et elle avait osé pointer du doigt ce que beaucoup pensent tout bas à propos des blogs littéraires. A croire que le sujet est tabou...

Lorsqu'on décide d'ouvrir un blog dont le sujet central se veut être les livres et l'écriture, il faut  mettre en place une ligne de conduite et l'assumer jusqu'au bout. Si votre but est de vous faire connaître, de "rameuter du monde "comme on dit familièrement pour, pourquoi pas, attirer la bonne personne qui fera de vous une blogueuse ou un blogueur influent (terme glané sur le net et dont j'ignore encore, au moment où j'écris, la signification exacte), il vous faut apparemment développer quelques stratégies qui augmenteront le nombre de pages vues et vous permettra de tisser à votre tour une toile d'araignée vous mettant en relation avec d'autres "lecteurs-rédacteurs". Dès lors, les mots challenge ou concours n'auront plus de secret pour vous, et vous exploserez vos chiffres de statistiques! 
Simplement, trop de challenges tuent les challenges. J'ai même vu traîner des jeux où on devait lire 2000 pages en un mois pour espérer se retrouver en tête de liste virtuelle. A force on crée du vide, on ne sait plus très bien pourquoi on a ouvert un blog, bref la page perd de son âme.

Personnellement, je pense qu'un blog littéraire doit être un lieu de partage. Comparer sa page à celle des autres est inutile et superfétatoire. Cela ne doit surtout pas devenir une obsession. le lecteur-blogueur ne doit pas y perdre son âme de lecteur au nom d'un quota farfelu fixé à l'avance, ou à cause d'une lecture lue par obligation.
Le plus dommageable est de se sentir obligé de lire un titre pour d'obscures raisons liées à notre blog. Recevoir un livre gratuitement contre chronique (vive les services de presse) ne doit pas museler notre esprit critique et nous empêcher d'écrire. Tant que la chronique est argumentée et n'attaque pas l'auteur en tant que personne, c'est aussi intéressant d'expliquer pourquoi tel roman ne nous a pas plu. Le procédé peut être salutaire aussi bien pour les lecteurs que pour l'auteur.

Quant à la mise en page, il y en a pour tous les goûts, et heureusement. Alors que des lecteurs préféreront lire des billets courts, peu argumentés, parfois accompagnés de la copie de la quatrième de couverture ou carrément (ça m'est arrivé!) de passages copiés-collés de chroniques déjà existantes, d'autres chercheront à lire des billets plus fouillés dans lesquels le rédacteur s'efface au profit de la mise en avant du texte (d'où la quasi absence du j'aime/je n'aime pas). Écrire sur un livre qu'on a lu est un acte intime, aussi intime que le lien qui unit l'auteur à son ouvrage.

Enfin, vous l'aurez compris, c'est la jungle, il y en a pour tous les goûts et toutes les exigences,  mais il reste un critère qui, à mes yeux, est le plus important: les fautes d'orthographe et de syntaxe. Je ne vous parle pas des petites coquilles çà et là qui arrivent même aux meilleurs d'entre nous, mais des ruptures de construction de la phrase, des nombreuses fautes d'accord, des emplois inappropriés ou absents du subjonctif (faites comme moi si vous hésitez, contournez l'obstacle), bref tout ce qui tue la chronique et pourrit complètement le sérieux de votre blog. C'est hélas légion dans la blogosphère.

Amis blogueurs, deux mots sont importants: PLAISIR et PARTAGE, et si vous avez l'intention de faire de votre blog une affaire commerciale, bon courage, car je pense que c'est peine perdue, ou alors c'est que je n'ai vraiment rien compris au truc!

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …