RUE DES ALBUMS (76) La vraie fausse histoire du Minotaure, Laurent Frédéric

Ed. D'Orbestier, collection Rêves Bleus, octobre 2014, 36 pages, 15 euros

Qui est vraiment le Minotaure?


Qu'est-ce qu'un mythe sinon un récit légendaire mettant en scène des personnages imaginaires? De la légende du Minotaure, nous avons gardé en mémoire le glorieux Thésée qui va utiliser le fil d'Ariane pour retrouver son chemin dans le labyrinthe construit par Dédale, et refuge du Minotaure. En tuant cette créature cannibale, il va délivrer Athènes du tribut fait au Roi Minos tous les sept ans. Et.... mais bon, ici nous ne sommes pas dans l'analyse du mythe, mais plutôt dans l'adaptation libre de la légende.
Ainsi, Frédéric Laurent recadre l'histoire à l'essentiel: Thésée, le Minotaure et le fil d'Ariane. Les causes, les conséquences immédiates sont mises de côté.
Cette simplification est salutaire, et permet d'explorer de nouvelles pistes de lecture. Thésée n'est plus le fort et beau personnage sur de lui et séducteur, mais un petit bonhomme tout frêle qui ne parle pas:
"Thésée était taiseux, il parlait peu, voire très peu, voire pas du tout.(...) On pensait de lui qu'il était muet, idiot, fou ou même pire, qu'il était étranger! Alors par crainte on le chassait."
Arrivé un peu par hasard en Crête, il est  désigné d'office comme future combattant du Minotaure. En effet, son silence vaut consentement! Pas facile d'affronter le danger alors qu'on a peur de son ombre! Heureusement, Thésée, tout maigre qu'il est, a plu tout de suite à Ariane, qui lui procure alors la fameuse bobine de laine. Ouf, la tradition perdure, car sans fil d'Ariane, plus de légende.

Alors que le mythe élude les errances de Thésée dans le Labyrinthe de Minos, l'auteur ici s'en donne à cœur joie en mettant son héros à l'épreuve du temps et de la peur:
"Il marcha des heures qui se transformèrent en jours..."
"Thésée croisait les dépouilles des jeunes courageux qui, avant lui, s'étaient aventurés dans le labyrinthe."
Et, c'est seulement arrivé au bout de la bobine que la rencontre tant attendue a lieu, sauf que, par un habile procédé de mise en attente, Frédéric Laurent retourne complétement le mythe et ne présente pas un Minotaure ivre de chair fraîche et de sang.

Dès lors, l'album se transforme en apologie de la tolérance. Entre un Thésée taiseux et un Minotaure amical, ne reste plus à convaincre Minos et Ariane que la créature est autre chose qu'un monstre. Doué de sensibilité, il ose même prendre la parole:
"De ce garçon je ne sais ni le nom, ni le rang, ni le sang. Je ne sais qu'une chose, il est le seul qui, à mon approche, n'a ni hurlé, ni attaqué, ni pris la fuite."
Les apparences sont trompeuses, et pour cela il suffit d'écouter l'autre...

La vraie fausse histoire du Minotaure est un album intelligent servi par des illustrations de qualité jouant beaucoup sur les jeux d'ombres et de lumières. De plus, les changements de plan donnent une impression de mouvement fort utile pour suivre les aventures de ce Thésée pas comme les autres.
Par son approche originale et inédite du mythe, cet ouvrage est à lire lorsqu'on connaît la véritable légende du Minotaure, afin d'en apprécier davantage l'humour et la prise de risque.

A conseiller à partir de 8 ans.

Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat