RUE DES ALBUMS (75) Pas facile d'être un chevalier, Gudule et Claude K Dubois

Ed. Mijade, octobre 2014, 25 pages, 11 euros.

Je suis différent et alors!



"Jojo naquit avec une armure. Pas un habit, non! Cette armure faisait partie de son corps comme les carapaces des crevettes ou des crabes."
Ses parents décident de faire de cette particularité un atout pour leur fils. Très vite, il devient la mascotte des squares et des fêtes costumées. Pas besoin d'expliquer aux autres la présence de l'armure, et puis Jojo devient le centre de toutes les attentions. Cependant, d'où vient cette drôle de carapace? Papa hésite; ne serait-elle pas le lointain rappel de la lignée chevaleresque paternelle?
Or, l'affaire se corse quand Jojo est en âge d'aller à l'école. Finis les déguisements. Maman cache l'armure sous une tonne de vêtements chauds, mais le petit garçon est vite stigmatisé par les autres enfants. La cour d'école est le lieu de toutes les méchancetés et tous les rejets! Pasd'invitations aux anniversaires, ni de copains.... Bref, Jojo est seul dans son coin jusqu'au jour où il remarque une petite fille au drôle de manteau jaune, avec une capuche qui lui tombe sur le nez. Comme lui, elle semble cacher un secret! Ni une, ni deux, il va à sa rencontre, il n'est pas au bout de ses surprises!

Sur le ton de l'humour, Pas facile d'être un chevalier aborde le thème de la différence et du regard des autres. Ainsi, il faut faire de sa différence une force et une particularité originale pour passer au dessus des méchancetés.
La stigmatisation commence souvent avec l'école, mini société à part entière. Jojo va se rendre compte qu'il n'est pas le seul à porter une carapace et cette prise de conscience le rendra plus sûr de lui. La fin et l'épilogue sont des clins d’œil au conte.

Côté illustrations, les dessins sont doux, en adéquation avec le texte, si bien que l'album peut se comprendre aussi sans les mots. Les personnages affichent une certaine sérénité de traits et les sourires illuminent les visages.

Cet album est idéal pour expliquer aux enfants la tolérance et l'acceptation de l'autre. Il peut aussi être exploité dans le cadre d'un projet de conte moderne détourné, pourquoi pas?

A lire à partir de 5 ans.