Accéder au contenu principal

RUE DES ALBUMS (73) Célestin rêve, Isabelle Wlodarczyk et Tony Demuro

Ed. d' Orbestier, collection Rêves bleus,  octobre 2014, 36 pages, 10 euros.

Y croire, toujours.


Sur une étagère du Mont-de-Piété, Célestin le pantin rêve. Il espère le retour de son maître, Gaspard, "le marionnettiste au cœur artiste", qui, par la force des choses a du le mettre au clou. Pour passer le temps, Célestin se souvient des jours heureux, où au bout des fils manipulés par Gaspard il prenait vie et apportait la joie aux enfants venus le voir dans le chapiteau.
Mais les bambins s'en sont allés, se sont lassés, et "Célestin est redevenu un banal pantin".
Pourtant, le jouet est confiant, Gaspard viendra un jour le chercher pour vivre de nouvelles aventures. Le temps passe et Célestin décide de provoquer le destin en s'enfuyant du magasin:
"Il rassemble ses ficelles dévidées et demande aux autres jouets de les manipuler".
Cahin-caha, il rejoint l'extérieur et aperçoit une ombre en train de regarder la vitrine, un vieil homme au grand chapeau. Un client? Un ennemi? Célestin a "le coeur hésitant".

Isabelle Wlodarczyk signe un très beau texte sur l'amitié, l'espoir et la confiance. Les phrases sont courtes, poétiques, et la ponctuation scande des mots judicieusement choisis et précis, tels gourds, entrechats,funambule... Parfois, elle use même de la rime:
"Gaspard lui fait danser quelques entrechats, 
et Célestin rit aux éclats."
 Rêver permet de garder l'espoir d'un avenir meilleur même quand ce dernier semble inaccessible. Il suffit juste de provoquer les événements!

Toni Demuro raconte lui aussi l'histoire de Célestin à travers ses illustrations faites d'ombre et de lumière. Le texte colle parfaitement aux images (et inversement) si bien que les deux peuvent se lire indépendamment. De la quiétude ressort des personnages dessinés, il y a toujours l'esquisse d'un sourire, d'une porte de sortie, d'une solution. Comme le pantin manipulé, les illustrations ne sont pas figées et donnent une impression de mouvement à l'ensemble.

"Ensemble, nos cœurs sont au chaud même si nos poches sont vides" se disent les deux amis. Mieux vaut affronter ensemble les vicissitudes de la vie que seul et abandonné.
Belle leçon d'espoir et d'amitié pour cet album petit format de grande qualité, maîtrisé de bout en bout par un duo complémentaire.

A partir de 5 ans.

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

Après et avant dieu, Octavio Escobar Giraldo

Ed. Actes Sud, novembre 2017, traduit de l'espagnol (Colombie) par Anne Proenza, 224 pages, 19.8 €
Titre original : Despuès et antes de Dios


A partir d'un fait divers réel, l'auteur invente la fuite de la narratrice matricide, pétrie de religion et remplie de désirs coupables.
La narratrice - jamais nommée- est la fille unique d'une grosse famille de la ville de Manizales située au cœur des Andes colombiennes. Avocate et propriétaire d'une agence immobilière, elle vient d'être la victime de l'escroquerie d'un de ses amis, prêtre de son état. Les pertes financières sont très grandes et elle ne peut compter que sur sa mère, figure locale de la bourgeoisie catholique.
Même si, comme sa famille, la narratrice est pétrie de religion, elle n'hésite pas à commettre un matricide pour pouvoir sortir la tête hors de l'eau. Mais Dieu lui pardonnera-t-il son geste criminel ?
"Nous priâmes des heures, murmurant à peine, les yeux fermés, pénétrées. L'e…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …