Accéder au contenu principal

La drôle d'évasion, Séverine Vidal et Marion Puech

Ed. Sarbacane, collection Pépix, août 2014, 153 pages, 9.9 euros.

Alcatraz me voilà!


La collection Pépix est toute jeune, et avec cet opus, elle ajoute un quatrième titre au "grand cocktail d'humour, d'aventure et d'irrévérence" recherchés dans chaque roman.

 

La drôle d'évasion emmène son jeune lecteur aux Etats-Unis, plus particulièrement dans la baie de San Francisco, à Alcatraz, où jadis se tenait la prison dont la réputation disait qu'on ne pouvait s'y évader. Drôle d'endroit pour des vacances, mais c'est Zach, le narrateur et passionné par l'aventure des trois évadés d'Alcatraz, qui a choisi le lieu.
L'objectif de Zach est simple: se débarrasser de son lunaire de père à la  fin de la visite, et rester sur l'île pour revivre l'aventure de l'évasion. Pour cela, il a tout prévu:  il s'est documenté, si bien qu'il connaît tous les détails du plan de Frank Lee Morris, Clarence Anglin et John W Anglin. Et même si on n'a jamais retrouvé les corps des prisonniers, le jeune garçon croit dur comme fer que le trio a réussi son coup, et a disparu de la circulation pour échapper à la police.
Tout se déroule comme sur des roulettes, sauf qu'à la nuit tombée, Zach, qui s'est réfugié dans une cellule, entend des bruits étranges. En tendant l'oreille, il comprend que ce sont des chuchotements entre plusieurs personnes, et au milieu des mots des noms reviennent, Frank, Clarence, John... Mais que se passe-t-il? A-t-il fait un bond en arrière dans le temps? En tout cas, une chose est sûre, il va revivre en direct l'évasion des trois évadés d'Alcatraz, et découvert par les prisonniers, il va devoir les suivre!

Dans ce roman, tout est fait pour ne pas décrocher le lecteur. D'abord la mise en page est dynamique avec des changement de police, de typographie, des renvois à des astérisques souvent drôles et instructifs. Ensuite, lorsque le suspens monte, le récit fait une pause en incluant les illustrations de Marion Puech, qui viennent éclairer certains points de l'intrigue. Ainsi, on lit, non seulement en s'amusant, mais aussi en s'instruisant!
Le ton narratif est volontairement irrévérencieux. Zach est le narrateur de l'histoire et Séverine Vidal s'est mise dans la peau d'un gamin de neuf ans pour écrire. Dès lors, le jeune lecteur s'y retrouvera facilement, notamment dans la relation parents-enfant, dans le regard et la conception du monde, ainsi que dans les peurs enfantines. On prend plaisir à suivre le jeune aventurier, et les invraissemblances du récit passent facilement au second plan.
 « Et voilà, mon vieux Zach. Tu as compris, ou pas ? Tu avais tout prévu. À la minute près, ou presque. Un plan, une évasion parfaite. Jusqu’ici, tout allait très bien. Seulement, tu n’avais pas imaginé une seule seconde qu’au moment de gonfler ton canot et de prendre la mer, tu te retrouverais avec les trois évadés les plus recherchés de l’histoire des États-Unis.
Et que ton sort serait… entre leurs mains ».
Passée la surprise de se retrouver en 1962, Zach garde son sang froid et décide de vivre pleinement le rêve éveillé qu'il a toujours secrètement désiré.

La drôle d'évasion porte bien son nom. Bien mené de bout en bout, intelligemment illustré, ce roman jeunesse remplit son contrat et attirera facilement de nouveaux lecteurs dans ses filets.

A partir de 8 ans.

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Heather, par dessus-tout, Matthew Weiner

Ed. Gallimard, novembre 2017, collection Du Monde Entier,  traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 144 pages, 14.50 €
Titre original : Heather, the totality


Le créateur de la série culte Mad Men raconte dans ce premier roman toute la difficulté de la parentalité masculine dans une Amérique où les rapports de classes se creusent inexorablement.

Depuis la naissance de leur fille Heather, la vie de Mark est un long combat silencieux pour préserver sa place au sein de la famille qu'il a fondée avec Karen. Pour cette dernière, Heather est devenue le centre de tout, au point de mettre de côté sa vie d'épouse.
"En fait, à la seconde où sa fille était née, Karen avait su qu'elle lui consacrerait tout son temps et toute son attention, et ce aussi longtemps qu'elle le pourrait". Elle veut être une mère parfaite, et à défaut d'avoir des amies, veut que les autres femmes à la sortie de l'école la ressentent comme telle. Chacun de leur côté, leur existence …