Demain les chiens, Clifford D.Simak

Ed. J'ai Lu, collection Millénaires, traduit de l'anglais (USA) par Pierre-Paul Durastanti, septembre 2013, 283 pages, 16 euros
Nouvelle réimpression.

Et si l'Homme n'était qu'une légende...


Huit nouvelles à chaque fois préfacées par un pseudo-éditeur, pour expliquer comment l'homme, en l'espace de dix mille ans est devenu un mythe dont on raconte les légendes le soir au coin du feu. Hormis que ceux qui écoutent ces récits sont... des chiens!
En effet, lorsque la cité est devenu un simple "anachronisme", ne remplissant plus sa fonction de protection, les humains se sont dispersés pour fuir les impôts et l'atmosphère étouffante, afin de jouir enfin des grands espaces.
Une famille, les Webster, a senti dès le début de cette migration, que la race humaine était en jeu. Fil conducteur, la descendance de cette famille emmène le lecteur de Jupiter à Genève à travers les siècles et la lente disparition de notre race. Comme "la préservation de la race est un mythe", Webster a senti qu'il fallait transmettre ses connaissances à une autre race "la patte dans la main de l'homme sur la voie du destin".
Ainsi, il a fait en sorte que les chiens parlent, et petit à petit, aidée du robot Jenkins, la race canine a su accéder à son autonomie et créer une société fraternelle. Ce roman de Science-Fiction pose les bonnes questions sur le devenir de l'être humain et sa capacité à s'effacer avant une catastrophe inéluctable.

Écrit en 1952, le récit pâtit ça et là de quelques clichés propres à son époque (en matière d'économie et de progrès), mais ils n'altèrent en rien la qualité d'ensemble. On passe un bon moment de lecture, avec en bonus, un point de vue original.
Vous ne regarderez plus votre compagnon à quatre pattes de la même façon!