Comme un feu furieux, Marie Chartres

Ed. L'Ecole des Loisirs, collection Medium, novembre 2014, 165 pages, 14 euros.

La fille au bonnet rouge.


Tiksi, ville fantôme des bords arctiques de la Sibérie. "Là où tout est noir, où tout est éteint" à cause de l'hiver, là où toutes les maisons encore habitées ressemblent à "des clapiers pour lapins géants", vivent Galya et sa famille. Depuis que sa maman a disparu, son père ne veut plus ouvrir les lumières. Galya est devenue une seconde mère pour son petit frère Lazar, et une petite sœur résignée pour Gavriil qui, depuis le départ de la mère, reste enfermé dans sa chambre.
Galya rêve d'aventures et d'espace, loin de Tiksi et de la petite maison en tôle, remplie d'une colère sourde, "constituée de silence, de blanc, et de vide (...) cette colère était une béance."
Son rêve est de devenir océanographe pour découvrir les fonds marins et quitter la terre ferme, cet horizon plat qui barre tout avenir:
"Je vis sur du plat. Du plat à perte de vue, du plat à ne plus savoir qu'en faire. Du plat à en perdre la tête, à confondre l'endroit et l'envers, le ciel et la terre."
Seule l'arrivée prochaine du Yamal, le brise lame, est annonciateur de fuite, de déplacement possible. Or, sa prochaine venue correspond avec le jour de la mort de leur maman. Tout est lié, Galya s'en doute mais personne ne veut lui dire la vérité, car toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire. Alors, doit-elle faire ce que lui suggère le vieux Arkadiy, transformer son histoire personnelle en légende nordique?

"C'était un monde où le crépuscule était permanent, c'était un monde où tout était différent, c'était un monde où tout se retenait (...) les gens s'en allaient, les gens changeaient, les gens se transformaient."
Pas facile de faire le deuil et continuer à avancer dans cette atmosphère. Tiksi est "une ville coquille vide, battue par la neige, mordue par la glace, cernée par les nuits." Mais le coeur de la jeune fille se réchauffe lorsqu'elle rencontre Evguenia, photographe, arrivée avec le Yamal et originaire de Tiksi. Elle est la preuve vivante qu'un avenir est possible, que le monde ne s'arrête pas sur les berges du port glacé. Ainsi, son rêve, "fait d'eau et de courants, de poissons magnifiques et mystérieux, d'expériences et de Calypso" devient tangible, et réchauffe son coeur meurtri, comme un feu furieux.

Or, partir c'est laisser ses frères Lazar et Gavriil, qui petit à petit perd la lumière qui est en lui. C'est abandonner aussi son père qui se cache pour pleurer. C'est enfin tourner le dos à la sépulture liquide de sa mère dont on a jamais retrouvé le corps...
Pour Galya, le manque de sa mère est aussi profond que son besoin irrépressible de lumière. Seul son chien Josiah veille vraiment sur elle, la console et la protège...

Comme un feu furieux est rempli de fulgurances littéraires, de phrases pépites sur la vie, la perte d'un être cher, l'amour fraternel et les béances du cœur. Comme souvent dans l'univers de Marie Chartres, une famille tente de se reconstruire et avancer, après la perte d'un parent. Mais comment avoir foi en l'avenir quand on est privé soudain d'un des deux piliers?
L'auteur fait des silences, de la porte fermée de la chambre de Gavriil, des cris assourdissants. Quand les mots manquent, quand les bouches s'ouvrent sur des cris muets, il faut trouver de la couleur et des gens pour de nouveau renouer avec la joie.
C'est le chien Josiah qui a trouvé le bonnet rouge de Galya, symbole de gaieté dans un monde sans couleurs. C'est Lazar, du haut de ses neuf ans, qui donne le courage de renouer avec la routine pour ne pas s'enfoncer comme Gavriil...
Finalement, ce roman est optimiste, bienveillant, et va de l'avant comme le regard de la jeune fille, immortalisé par Evguenia.
Renouer avec la lumière, croire en son rêve comme un feu furieux, vivre enfin, malgré tout.

A découvrir, lire et partager à partir de 12 ans.

Pour découvrir les photos qui ont inspirées ce roman, suivez ce lien: http://mariechartres.over-blog.com/article-comme-un-feu-furieux-petit-carnet-d-inspiration-124971641.html

Pour découvrir Marie Chartres en 10 questions, c'est par ici.

Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat