RUE DES ALBUMS (69) OFF, Xavier Salomo

Ed. Seuil Jeunesse, octobre 2014, 52 pages, 15 euros
Album sans texte.

Un peu de douceur dans un monde dévasté.


A travers un paysage désolé et stérile, une petite fille en cape rouge erre, montée sur un cerf. Au loin, se dresse ce qui ressemble à une cheminée de centrale nucléaire, d'où un nuage de fumée s'échappe. A l'intérieur de cette construction, l'ensemble est à l'abandon, les fils pendent de partout, sauf un bouton rouge qui luit au beau milieu d'un centre de commandes. Quelle est cette lueur attirante dans l'obscurité des lieux? La fillette hésite. Appuiera-t-elle sur le bouton ou non?
A en croire les illustrations, ce bouton est directement lié au fonctionnement de la cheminée. Alors, elle n'hésite plus, tente le tout pour le tout, et appuie. De toute façon, quels sont les risques? Plus rien ne pousse, et elle-même semble vivre au jour le jour avec ses mitaines rapiécées et sa cape mitée...

Appuyer sur ce bouton rouge luminescent lui a coûté beaucoup d'énergie, et en compagnie de son cerf, elle décide de se reposer dans l'enceinte. Pendant ce temps, la nature reprend ses droits. Les racines envahissent la cheminée, et le lendemain, lorsque la petite héroïne ouvre les yeux, c'est un paysage totalement transformé et ensoleillé qui s'offre à elle.
Hélas, son ravissement est de courte durée, car en reprenant son voyage, au loin, d'autres cheminées se profilent à l'horizon. Son travail ne fait que commencer.

Xavier Salomo s'empare d'un sujet très peu exploité en littérature jeunesse, et offre une vision très personnelle de la sensibilisation au danger du nucléaire. Les illustrations sont très fortes et sans équivoque, rendant ainsi inutiles toute présence d'un texte. Le message est clair: on éteint une cheminée nucléaire et c'est une partie de la nature qui reprend ses droits. Seulement, le combat est long, car les boutons à éteindre sont nombreux.
L'auteur a aussi beaucoup travaillé sur les couleurs afin de bien marquer la différence entre les deux paysages possibles, et faciliter ainsi la compréhension.
Les traits des dessins sont volontaires et aguerris, faisant souvent penser à des maquettes pour une bande dessinée.

Finalement, on ne peut qu'adhérer aux valeurs véhiculées par cet album ainsi qu'à la poésie qui s'en dégage, si bien que la fillette à la cape rouge devient un symbole d'espoir.

Une belle réussite.

A partir de 5 ans.


Posts les plus consultés de ce blog

ZERO K, Don DeLillo

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro