RUE DES ALBUMS (68) Les rêves se cachent-ils sous ton oreiller? Anne Terral et Amélie Fontaine

Ed. Autrement Jeunesse, octobre 2014, 32 pages, 12.5 euros.


 Pourquoi?



Le texte de cet album est construit sur une série de questions que peuvent se poser les enfants. Celles-ci mettent en avant les objets et l'imaginaire des petits:
"Le petit banc sur lequel tu prends ton goûter espère-t-il en secret devenir toboggan?"
ou
"Les murs regrettent-ils de ne jamais marcher?"

Ainsi, les objets du quotidien se voient attribuer soudain une étincelle de vie et une sensibilité. Certes, l'album n'apporte aucune réponse aux interrogations, mais, grâce aux illustrations, il apporte de la poésie et rend attractif tout ce qui nous entoure.

"Et les flaques de novembre sont-elles fières d'être les miroirs du ciel?"
L'enfance est l'âge de l'observation. On tente de donner du sens aux expressions figurées, on se croit entourer par une multitude de choses qui ont leur existence propre et muette. Leur présenter un peu d'intérêt, c'est leur rendre aussi hommage, selon la logique enfantine.

Dès lors:
"Un livre est-il heureux d'être ouvert pour la première fois?", peut-on se demander logiquement...

Amélie Fontaine représente un monde rouge, jaune, bleu, noir et blanc. Chaque questionnement est matérialisé par un dessin explicite qui a besoin du texte pour être compris dans son ensemble. En effet, nous rentrons de plein-pied dans le monde des rêves et de l'imaginaire. Les traits sont fermes, précis. Beaucoup de détails apparaissent à base de points, de traits, de quadrillages.
L'illustratrice met en mouvement ce qui est inerte, et matérialise ainsi les interrogations de l'enfant sous formes de symboles explicites.

Les rêves se cachent-ils sous ton oreiller? est une invitation au rêve, à la poésie, histoire d'appréhender le monde autrement et plus légèrement.

A partir de 5 ans.




Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro